Partagez | 
 

 I'm not in a mood to talk to you | HANAE&JAVIER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


MESSAGES : 273
ARRIVEE LE : 03/05/2015
PSEUDO : bloodstream/marion.
DOUBLE COMPTE : Persephone, la vierge.
AVATAR : Pedro Pascal.
CREDITS : avengedinchains & tumblr.
AGE : 40 ans.
ETUDES/METIER : Professeur d'espagnol au lycée et à l'université.

MessageSujet: I'm not in a mood to talk to you | HANAE&JAVIER   Mer 6 Mai - 1:31

Tranquillement installé dans le canapé, un livre ouvert sous les yeux, Javier ne lit pas. Non il est bloqué à la page 315 depuis près d'une demie-heure. Il réfléchit à ce qu'il va faire de sa soirée. Il hésite entre rester ici et la passer avec Hanae ou alors sortir pour trouver une fille à ramener chez elle et finir dans son lit. Il est bien plus attiré par la sortie que par le fait de rester chez lui. Au moins, la jeune femme sur qui il jettera son dévolu, il était sûr qu'elle ne lui parlerait pas de bébé. Bien entendu, Javier veut une famille, être père... Mais pas avec une personne dont il n'est pas vraiment amoureux. Hanae n'est pas cette personne. Il l'aime bien, mais plus comme un ami aime une amie. Il a pensé qu'avec le temps, il arriverait à l'aimer plus comme elle aurait aimé qu'il l'aime, mais ce n'était pas le cas. Dans son esprit, Ana-Luisa reste la seule femme de sa vie, même si depuis quelques temps, une autre personne occupe ses pensées. D'ailleurs, il ne doit pas penser à elle. Ce n'est pas très catholique. Sa mère le tuerait si elle pouvait lire ses pensées. Il a l'âge d'être son père et pourtant, il a envie d'elle comme d'une femme. Elle est dangereuse pour lui et il le sait. Seulement, un jour ou l'autre, il cédera à ses envies. Mais pour le moment, il ne connaît pas les sentiments qu'elle lui porte. Il a juste remarqué qu'il lui arrivait de le fixer pendant de longues minutes pendant les cours. Il ne veut pas s'alarmer, mais il aimerait que ce soit plus qu'un regard d'une élève pour son prof. Le moteur de la voiture de Hanae le refait venir sur terre et il décide de quitter sa place sur le canapé pour aller s'habiller et sortir. Finalement, il n'a pas envie de rester chez lui. Javier ferme son livre, se lève et se dirige vers sa chambre où il s'enferme. Il entend la porte d'entrée s'ouvrir et se refermer. Ça y est, sa femme est rentrée. Il prend son temps pour se préparer et au bout de dix minutes, il ressort habillé d'un jean, d'une chemise blanche retroussée sur les bras et de petites chaussures de ville. Il va dans la cuisine pour se prendre une bière qu'il décapsule et commence à la boire. Autant se mettre dans l'ambiance avant de sortir. Et puis, ce n'est pas une simple bière, qui va le mettre K.O. Il en faut plus à Javier pour finir bourrer. Une fois que sa bière est finie, il récupère son téléphone qui était en train de charger et le met dans sa poche. Il s'apprête à partir quand il voit Hanae assise sur l'un de leur fauteuil. Elle semble passablement énervée. Peut-être est-ce à cause de sa journée ? En tout cas, Javier ne veut pas le savoir. Lui, tout ce qu'il veut c'est partir. Il se doute, cependant, que sa femme ne le laissera pas partir comme ça. Alors il se sent obligé de prendre la parole. « Mange toute seule ce soir. Je ne serai pas là. Et m'attends pas pour te coucher. Je sais pas si je rentre. » Et voilà, il a annoncé la couleur. Il vient clairement de lui faire comprendre qu'il comptait la tromper ce soir mais qu'il ne savait pas encore avec qui. D'un point de vue extérieur, Javier était le pire des connards pour faire subir ça à sa femme qui l'aime. Mais de son point de vue à lui, il est surtout enchaîné à elle. Heureusement, il aurait pu tomber sur pire. « Passe une bonne soirée. » Au moins, il a la décence de lui souhaiter une bonne soirée. Il aurait pu s'en aller sans rien dire du tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


MESSAGES : 39
ARRIVEE LE : 04/05/2015
PSEUDO : Havenly
DOUBLE COMPTE : Pas encore.
AVATAR : Natalie Dormer
CREDITS : Tumblr
AGE : 37 ans
ETUDES/METIER : Lieutenant de Police

MessageSujet: Re: I'm not in a mood to talk to you | HANAE&JAVIER   Mer 6 Mai - 13:40

L’épuisement. C’est ce que je ressentais, de façon physique. Ca, c’était un brin normal étant donné que je rentrais d’une journée de travail, dans laquelle les affaires furent abondantes et compliquées. Pourtant, ce n’était pas cette fatigue-là qui m’embrumait l’esprit. C’était celle liée à la psychologie. D’une façon générale, je me sentais épuisée. Parce que je savais qu’en rentrant, il ‘s’offrait deux possibilités à moi : Ou mon mari serait parti de la maison ou il s’apprêtait à le faire. Et cette seconde option me donnait des envies d’hurler. Car il n’existait qu’une seule raison pour laquelle Javier ne serait pas là de la nuit : il allait sauter une énième minette, croisée dans un bar en vitesse. Et ça, ça me faisait un mal de chien de les imaginer toute la soirée, tandis que je l’attendrai probablement en espérant ne pas sentir le parfum de sa conquête du soir précédent. J’en étais réduite à laver ses vêtements souillés, tandis qu’il ne me regardait même pas. Quoique je fasse ou dise, cela ne changerait rien : il s’éclipsait.
Prenant une profonde inspiration, je sortis de la voiture pour rentrer « à la maison ». Malgré ma mutation et notre emménagement, je ne me sentais toujours pas à ma place à Crystal Cove. Surtout lorsque mes pas franchissaient la porte d’entrée, comme en ce moment. Il était absent, ce qui me rassura. Un soupire soulagé passa entre mes lèvres. S’il y avait bien une chose dont j’avais horreur, c’est qu’il vienne m’annoncer son départ. Profitant de son absence – n’ayant pas entendu qu’il était là en vérité – je profitai de m’asseoir sur un fauteuil, enlevant mes chaussures par la même occasion. C’était éprouvant d’enquêter sur des ordres toutes la journée. Et je n’avais pas envie de batailler avec Javier ce soir. Sauf que, malencontreusement, je relevai mes yeux sur sa silhouette. Mon coeur fit un raté et la colère me gagna. Il était tout prêt pour s’en aller, une fois de plus : Chemise blanche impeccable – repassée par mes soins – et un jean. Il était simple. Il était beau. Et on avait beau être « mari et femme », je savais qu’il ne me considérait plus – voir qu’il ne m’avait jamais considérée – comme sa femme.
C’est dit. Il s’en va. Il ne rentrera pas de la nuit. J’ai envie de lui crier dessus que ce n’est qu’un enfoiré et qu’il ferait mieux de crever dans l’immédiat, ne serait-ce qu’à cause de toutes ses soirées à m’infliger des douleurs atroces, en me torturant comme il le faisait si bien : par son indifférence totale. Mais je n’arrivais pas. Aucun son ne sortait de ma bouche. J’étais terrorisée à l’idée de lui gueuler dessus et qu’il finisse par ne jamais revenir. Je l’aime, simplement, d’une façon violente et passionnée. Je me contente des miettes qu’il veut bien me laisser, quand il n’a pas trouvé de quoi satisfaire ses envies hors de la maison et qu’il daigne enfin poser les yeux sur moi.
Je me redresse sur mes deux jambes, d’une façon lente et triste. Qu’est-ce que je pourrais lui dire, pour le retenir ? Rien. Il partira de toutes façons, au final. « Bonne soirée. » lâchai-je finalement, prise d’un violent mépris pour lui. Toutefois, je ne parvenais pas à le lui dire. Lassée de me battre contre ça, contre ses envies d’homme primaire et détestable, je me contentai de le regarder une dernière fois, avant de lui tourner le dos pour me diriger dans la cuisine où je pris une bouteille de limonade orange. Je ne m’autorisais pas d’alcool, même si j’en aurais eu bien besoin. Parce que même si j’étais éperdument amoureuse de Javier, je savais que je le haïssais profondément également.

_________________


You got to get up and try.
Dark Paradise ♥. « All my friends tell me I should move on. I'm lying in the ocean, singing your song. Loving you forever, can't be wrong. Even though you're not here, won't move on. And there's no remedy for memory of faces like a melody, it won't leave my head. Your soul is haunting me and telling me that everything is fine. But I wish I was dead. Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. No one compares to you. I'm scared that you won't be waiting on the other side »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


MESSAGES : 273
ARRIVEE LE : 03/05/2015
PSEUDO : bloodstream/marion.
DOUBLE COMPTE : Persephone, la vierge.
AVATAR : Pedro Pascal.
CREDITS : avengedinchains & tumblr.
AGE : 40 ans.
ETUDES/METIER : Professeur d'espagnol au lycée et à l'université.

MessageSujet: Re: I'm not in a mood to talk to you | HANAE&JAVIER   Jeu 7 Mai - 22:37

Il entend le moteur de la voiture de Hanae avant même qu'elle ne se gare et se dépêche de se rendre dans la chambre pour se préparer. Après quelques minutes de réflexion, il ne veut pas rester à la maison. Que fera-t-il à part essayer de trouver un sujet de conversation avec sa femme ? Même s'ils sont mariés depuis quatorze ans, ils ne se connaissent pas tant que ça. Ils ne font que se croiser la plupart du temps. Il s'est que c'est de sa faute parce qu'il n'a jamais réellement pris le temps de la connaître. Il aurait pu dans une autre vie l'aimait comme un fou. Hanae est vraiment magnifique. N'importe quel homme serait jaloux de Javier. Mais lui s'en moque. La blonde n'a été qu'un moyen d'obtenir ses papiers américains et c'est tout. Jamais il n'a pensé au divorce et pourtant c'est ce qui les aurait rendu heureux et pas enchaîné à une vie dont il ne voulait pas. Javier l'entend rentrer et se dépêche de finir de s'habiller pour partir le plus tôt possible. Une fois que c'est fait, il quitte la chambre et va dans la cuisine pour boire une bière rafraîchissante avant de partir en chasse. Quand il l'a finit, il la jette dans la poubelle et se dirige vers le salon où il voit sa femme assise sur un des fauteuils l'air énervée et lasse de tout ça. Il se sent alors obligé de lui dire qu'il ne rentrera peut être pas ce soir, insinuant alors qu'il va avoir une relation d'une nuit et sûrement dormir chez elle et ne rentrer qu'au petit matin bien avant que les deux femmes, sa femme et celle qu'il aura sauté, ne se réveillent. Javier ne se rend pas compte qu'en agissant de la sorte, il blesse sa femme. Il n'imagine pas une seule seconde qu'elle va l'attendre en pleurant dans leur lit. Il connaît les sentiments de la jeune femme mais ne se doute pas l'espace d'une seule seconde qu'ils sont si importants. Pour lui, elle est amoureuse de lui, mais voilà ça s'arrête là. Il se dit qu'avec le temps, ses sentiments se sont estompés. Il a tord mais ne le sait pas. Javier souhaite alors une bonne soirée à Hanae, qui lui répond avant de quitter leur maison, portable et clé de voiture en poche. Il déverrouille sa voiture et au moment de rentrer dedans, il se rend compte qu'il a oublié son portefeuille. Soupirant, parce qu'il ne veut pas rentrer à nouveau chez lui, il se dit qu'il n'a pas le choix. Après tout, comment il va payer ses verres et ceux de celle qu'il aura choisi comme proie pour ce soir. Fermant la porte de la voiture, il entra une nouvelle fois chez lui et chercha son portefeuille dans la maison en vain. Il essaya de se remémorer le dernier endroit où il l'avait déposé, sans succès également. Javier commença à vraiment s'agacer de ne pas le trouver et il ne voulait pas le demander à Hanae. Peut être que c'était-elle qui l'avait ? Est-elle capable de faire ce genre de chose ? Peut être... Il ne la connaît pas si bien que ça finalement. Après cinq minutes de recherche, Javier se rend à l'évidence qu'il ne mettra pas la main dessus. Dernière solution, demander de l'aide à sa femme. Il revient dans la pièce principale et la trouve limonade à la main en train de l'observer. Il n'a jamais compris pourquoi elle ne boit pas d'alcool. Une bière s'est tellement préférable à une boisson sans alcool quelle qu'elle soit. « Hanae, t'aurais pas vu mon portefeuille ? » Javier sait que ce n'est pas la meilleure chose à faire quand on a décidé de passer la soirée dehors et de tromper sa femme, mais là, il tourne en rond sans savoir où se trouve son portefeuille. Il a donc besoin de l'aide de Hanae.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin

MESSAGES : 234
ARRIVEE LE : 28/02/2015

MessageSujet: Re: I'm not in a mood to talk to you | HANAE&JAVIER   Ven 8 Mai - 12:51

intervention divine
la conquête énervée

C'est l'heure des règlements de compte chez les Fernandez, mais la jolie Olivia n'en à que faire. La conquête d'un soir de Javier, légèrement alcoolisée, se pointe au domicile des tourtereaux et commence à déblatérer un tas d'inepties. « EH SALE CON OUVRE MOI ! T’as cru que tu pouvais me baiser et plus jamais me rappeler ? Espèce de goujat infâme, ramène ta queue par ici ! » Elle continue de proférer ses charmantes paroles avant de frapper de violents coups contre la porte, celle-ci s'entrouvrant, mal refermée par Javier. Son clebs enragé en profite alors pour se faufiler dans la maison et se diriger tout droit vers le mollet de Javier qu'il attrape entre ses crocs. GNIAK.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org
avatar


MESSAGES : 39
ARRIVEE LE : 04/05/2015
PSEUDO : Havenly
DOUBLE COMPTE : Pas encore.
AVATAR : Natalie Dormer
CREDITS : Tumblr
AGE : 37 ans
ETUDES/METIER : Lieutenant de Police

MessageSujet: Re: I'm not in a mood to talk to you | HANAE&JAVIER   Dim 17 Mai - 12:41

Je versai le contenu de la bouteille dans un verre où je pris soin d’entreposer deux glaçons. C’était rafraîchissant, évidemment. Et étant donné la chaleur qui se dégageait de mon corps en ce moment, il me fallait au moins ça pour retrouver un temps soit peu mes idées. Cette colère qui grondait en moi, je ne parvenais pas à la taire. M’asseyant sur le fauteuil de façon confortable, je poussai un soupir de soulagement. Il était parti. Je ne pouvais donc pas être tentée de l’engueuler encore une fois. Je pris une gorgée de la limonade orange, me délectant comme je le pouvais de cette sérénité nouvelle en son absence. Sauf que ce fut de courte durée. Il déboula dans la maison sans prévenir, visiblement à la recherche de quelque chose. Ma conscience brandissait une longue ribambelle de préservatifs accrochés les uns aux autres, comme dans les films. Cela m’arracha un morceau de coeur, une fois de plus. Mais je tâchai de ne pas entrer dans son jeu et de le laisser farfouiller. Jusqu’à ce qu’il me demande enfin si j’avais vu son porte-monnaie. « Non. » Rétorquai-je sèchement, sans même le toiser. Mais au fur et à mesure des secondes, je sentais la tension naître en moi. Sa proximité me rendait nerveuse et nauséeuse, parce que je savais dans quel but il recherchait son matériel comme un précieux trésor. Alors, je pris la décision de ne pas le laisser patauger trop longtemps dans sa semoule, bien qu’il le mériterait. Je ne voulais pas passer la soirée avec lui. « Je vais t’aider à le chercher. » Dis-je en posant mon verre sur la table basse, me replaçant sur mes deux jambes. J’entrepris de commencer par fouiner dans l’une de ses vestes, en espérant ne pas tomber sur une photographie pornographique de l’une de ses conquêtes. Heureusement, je ne tombai sur rien de compromettant. Toutefois, le répits fut de courte durée, lorsqu’une voix brailla derrière la porte de notre maison, telle une furie. Visiblement, une jeune femme qui n’était pas contente. « Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? » Dis-je en fusillant Javier, mon super mari, du regard. Sur le moment, j’avais bien envie de l’étriper de mes propres mains. Ce serait si plaisant de le voir agoniser. Sauf qu’évidemment, je ne pouvais pas. Une partie de moi s’accrochait toujours à ces sentiments que j’éprouvais pour lui. Comme si deux Hanae se battaient continuellement en moi. Toutefois, aucune des deux n’obtiendrait jamais de l’amour en retour de la part de Javier. Alors j’espérais secrètement que celle qui le méprisait en moi gagne la bataille pour qu’enfin je puisse me sentir libérée. Il n’eut pas le temps de répondre à ma question qu’un molosse à quatre pattes sprinta jusque vers lui, la porte étant ouverte. Tout alla très vite et je n’eus pas le temps de réagir que le chien agrippa le mollet de Javier. Mon coeur fit un raté. « Lâche-le, saloperie ! » Criai-je à plein poumon. M’emparant de mon sac à main qui traînait pas là, j’assenai un violent coup sur le cabot qui couina avant de s’enfuir la queue entre les jambes. La jeune femme, elle, ne semblait pas impressionnée sur le moment. Sale petite garce ! J’attrapai alors mon arme de secours, dans le tiroir de l’une des armoires posées là, et je pointai le flingue sur  elle. « Foutez le camps, tout de suite ! » Menaçai-je. Elle ne riposta pas et prit ses jambes à son cou, hurlant que j’étais une folle alors qu’elle était entrée par effraction chez moi, risquant de blesser un enfant ou que savais-je. Sans doute ignorait-elle que j’étais son épouse et que j’avais le droit de porter une arme, de part ma profession. Je reposai alors l’arme déchargée dans le meuble, lançant un regard méprisant à Javier. Il saignait. Tout mon être voulait l’aider. Mais mon esprit était en contradiction totale. Je ne savais pas si je devais lui rendre ce service ou le laisser avec sa belle plaie, sûrement infectée, qui laissait le liquide rouge dégouliner le long de son pied jusque sur le sol. Il souffrait. Pour la première fois depuis longtemps. Et malgré moi, une des deux Hanae y prenait un malin plaisir.  Et je demeurai là, hypnotisée par la scène. Secouée par l’adrénaline du moment. Je ne réalisais toujours pas ce qu’il s’était passé.

_________________


You got to get up and try.
Dark Paradise ♥. « All my friends tell me I should move on. I'm lying in the ocean, singing your song. Loving you forever, can't be wrong. Even though you're not here, won't move on. And there's no remedy for memory of faces like a melody, it won't leave my head. Your soul is haunting me and telling me that everything is fine. But I wish I was dead. Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. No one compares to you. I'm scared that you won't be waiting on the other side »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


MESSAGES : 273
ARRIVEE LE : 03/05/2015
PSEUDO : bloodstream/marion.
DOUBLE COMPTE : Persephone, la vierge.
AVATAR : Pedro Pascal.
CREDITS : avengedinchains & tumblr.
AGE : 40 ans.
ETUDES/METIER : Professeur d'espagnol au lycée et à l'université.

MessageSujet: Re: I'm not in a mood to talk to you | HANAE&JAVIER   Lun 25 Mai - 2:16

Alors qu'il pense pouvoir partir sans se retourner, Javier se rend compte qu'il a oublié son portefeuille chez lui. Quelle merde ! Il est obligé de retourner à l'intérieur et de revoir Hanae et de sentir son regard furieux sur lui. Cependant, il ne peut pas partir sans lui. Il est bien obligé de rentrer. Ça l'emmerde royalement mais il ne peut décemment pas se rendre dans un bar et attendre que quelqu'un lui paie un verre. Super la technique de drague. Il rentre alors chez lui et cherche d'abord son portefeuille sans l'aide de sa femme. Il n'a pas envie qu'elle lui prenne la tête alors il se débrouille tout seul. Il cherche pendant quelques minutes avant de voir que c'est inutile, il ne le trouve pas. Il se rend alors dans le salon et demande avec réticence son aide. Sa première réaction le fait froncer les sourcils et il attend la tempête qui n'arrive pas. Aussi surprenant que ce soit, Hanae ne crie pas, ne le supplie pas de rester. Elle reste sèche mais calme. Il est surpris par son comportement et ne dit rien. Tant pis, si elle ne veut pas l'aider, il cherchera tout seul. Seulement, Hanae se met debout et lui porte assistance. Javier est encore plus surpris mais ne dit rien et l'observe fouiller dans les poches de l'une de ses vestes. Il prie pour qu'elle ne tombe pas sur quelque chose qui la fera sortir de ses gonds. Il n'a pas besoin de ça. Une voix forte se fait alors entendre et Javier tourne la tête vers la porte d'entrée. Une femme est en train de s'égosiller à pleins poumons sur leurs ébats. Il reporte son attention sur Hanae et ne dit rien lorsqu'elle lui demande ce qui se passe. Autant ne pas rajouter de l'huile sur le feu et ce même s'il avait une réplique sarcastique à sortir. Et soudain alors qu'il pense être tranquille puisque la porte est fermée, elle s'ouvre et un molosse coure vers lui et lui mort la jambe. Un cri sort de sa gorge et il essaie tant bien que mal de le faire partir. Seulement, la douleur est telle qu'il manque de s'évanouir. Javier regarde alors sa femme l'aider à mettre en fuite le cabot et la suit du regard quand elle prend son arme de secours et la pointer sur Sarah, ou Melody ou alors c'est Anna celle-là... A vrai dire, il ne sait même pas qui est cette femme. Il ne la reconnaît pas et lorsqu'il ne reconnaît pas une personne ça veut dire qu'elle ne lui a pas laissé un bon souvenir. Alors soit elle était vraiment nulle au lit soit il avait trop bu pour s'en souvenir. En plus, elle n'est pas vraiment belle. Elle est jolie et encore c'est un bien grand mot. Le soir où il a couché avec elle, il ne devait pas avoir eu le choix. Il se rend compte alors que ça fait de lui un daleux. Il a couché avec elle parce qu'il avait besoin d'un vide-couille et puis voilà. Elle ne l'attirait pas spécialement plus que ça. Il la regarde partir et ce n'est qu'à ce moment-là que la douleur revient plus présente qu'avant. Il a mal et le sang s'écoule de sa plaie. Cette salope va payer pour son clébard. Il va aller porter plainte et demander à ce qu'on euthanasie ce clebs. Imaginez s'il y avait eu des enfants ! Ce chien est dangereux et Javier se promet d'aller porter plainte pour le faire tuer. Ça apprendra à cette connasse de venir le déranger chez lui et le blesser. Il n'en a rien à foutre lui de l'avoir blessée. Si elle ne peut pas supporter les relations d'un soir, elle a qu'à arrêter d'écarter ses cuisses à tout le monde. Javier se dirige alors vers une des chaises de la salle à manger en traînant sa pâte folle. Il ne remarque pas le visage de Hanae et attrape le premier truc, en l'occurrence un chemisier blanc de sa femme, qui lui passe par la main pour en faire une compresse.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I'm not in a mood to talk to you | HANAE&JAVIER   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm not in a mood to talk to you | HANAE&JAVIER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CRYSTAL COVE :: LES LOGEMENTS :: crystal cove residence-