Partagez | 
 

 une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


MESSAGES : 1642
ARRIVEE LE : 11/04/2015
PSEUDO : jolly roger. (Flora)
DOUBLE COMPTE : Jasper & Clarence
AVATAR : dakota johnson
CREDITS : avatar - .liloo_59 | signature - anaëlle. | gifs - tumblr.
AGE : 25 ans
ETUDES/METIER : pâtissière spécialisée en cupcakes, gérante de Let them eat cake! et photographe d'investigation à ses heures perdues

MessageSujet: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Dim 12 Avr - 20:18

Je mets mon batteur électrique en route et surveille la pâte qui devient lisse et ni trop liquide, ni trop épaisse et je laisse le robot finir seul. En attendant, je vais vérifier la fournée de muffins que j'ai mis à cuire vingt minutes plus tôt. Hmmm.. encore cinq minutes et ça devrait être parfait, je pense en jetant un œil à l'horloge digitale du four. Je suis seule à la boutique aujourd'hui mais je ne m'en sors pas trop mal pour l'instant. Vu l'heure, c'est étonnant que mon cousin ne soit pas encore passé. On a nos petites habitudes et j'ai bien envie d'entendre quelques ragots parmi ceux qu'il a pu entendre la veille au bar.

J'entends la sonnette, retire mon tablier et sort de l'arrière boutique Je pense que c'est lui et me dirige d'un pas décidé vers le comptoir avant d'être surprise en voyant que c'est un client. En même temps, rien d'étonnant que des clients entrent dans une pâtisserie... Je souris au jeune homme en disant:

- Bonjour! Que puis-je vous servir, monsieur?

Puis, je le regarde un peu plus. Son visage m'est familier. Rapidement, j'arrive à l'associer au marathon et plus précisément à mon épisode épique et gênant avec les fourmis et les araignées. Alors, c'est plus fort que moi, et j'ajoute:

- J'vous mets une boussole dans la galette? Vous vous étoufferez avec, avec un peu de chance.

Puis, je lui adresse un large sourire bien crispé. Je ne l'ai jamais vu à la boutique et on fait très bien sans lui, tant pis si je le fais fuir. J'aurai au moins gagné la satisfaction de m'être enfin vengée de ce marathon-cauchemar.

_________________
Call me Wanda

shut up, don't care and eat a cupcake !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t101-amanda-wheeler-call-me-wa
avatar


MESSAGES : 2668
ARRIVEE LE : 01/03/2015
PSEUDO : gg julio.
AVATAR : ollie loudon.
CREDITS : (c) sweet disaster.
AGE : vingt-sept ans.
ETUDES/METIER : directeur d'une agence de détective privés.

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Dim 12 Avr - 21:44


T’es parti d’un simple surnom : wanda. Y’avait pas un film comme ça, avec un poisson ? Tu trouves ça un peu con comme pseudonyme, si tout le monde visualise un animal à nageoires qui a tellement de mémoire qu’à chaque fois qu’il passe devant la seule putain de fougère de son aquarium, il s’émerveille d’une si belle végétation. Non vraiment, y’a plus mystérieux, plus intriguant, plus vendeur que Wanda. En même temps ça ne t’étonne pas vraiment, les femmes n’ont jamais été réellement douées pour ce genre de choses. On ne peut pas leur demander d’être belles, de bien faire la cuisine, et en plus d’avoir de l’imagination. D’autant plus que d’après tes petites recherches, celle-là semble disposer d’un talent particulier pour cette seconde tâche. Un magasin de pâtisserie, c’est carrément le summum de la femme accomplie. Même si faut l’avouer, quand tu rentres dans la boutique qui pue le gâteau, cette explosion de couleur fait saigner tes beaux yeux clairs. C’est comme un arc-en-ciel, un troupeau de licornes et une flopée de Bisounours dans la même pièce, de quoi te faire régurgiter ton petit-déjeuner illico. Du rose. Du bleu. Du violet. Des couleurs que personne ne devrait jamais bouffer dans sa vie. En même temps, ça ne te surprend pas vraiment de la part de la fameuse Wanda. T’es certain qu’elle mate encore les Disneys en rêvant de son prince charmant, qu’elle dort avec une peluche en forme de dauphin et qu’elle porte des sous-vêtements imprimés de chatons. T’en déduis ça du tatouage ‘amor’ gravé sur sa nuque, observé à travers tes jumelles. Honnêtement, qui se fait encore ce genre de marque indélébile ? Après tu lui accordes le bénéfice du doute. Peut-être l’a-t-elle fait sous l’impulsion d’un pari débile après s’être enfilée six verres de vodka ? Non, tu sais que c’est faux car Cullen t’avait parlé d’elle, l’une de ses premières clientes. Toi ce n’était pas son talent pour les muffins qui t’intéressait, mais ses photographies d’investigation particulièrement réussies. Tu devais au moins lui accorder ça. Alors quand elle apparaît devant toi, tu t’approches tout près du comptoir et t’étires tes lèvres dans ton sourire le plus radieux, le plus charmeur. « Bonjour mademoiselle ! Je voudrais offrir quelque chose à ma soeur pour sa fête … C’est quoi votre spécialité ? » Ouais c’est un gros mytho, mais les filles aiment bien les hommes qui prennent soin de leur famille, ça leur dit qu’ils sont capables de s’occuper d’une autre femme. T’es sûr qu’elle va trouver ça charmant. Du moins jusqu’à ce qu’elle suggère de t’ajouter une boussole, et que tu percutes. M.E.R.D.E. Comment t’es censé lui faire croire que t’es son prince charmant si elle sait déjà que t’es le méchant de l’histoire ? Le pire c’est que dans une autre situation tu l’aurais secourue sur ton beau destrier, t’es le genre à venir au secours des princesses en détresse parce que tu juges qu’elles sont incapables de s’en sortir seules les pauvrettes. Mais là, t’avais un chrono, une course, une compétition. Et quand on parle de compétition, tu deviens un chien enragé. « Je ne vous avais pas reconnue ! Vous êtes quand même plus charmante sans toiles d’araignée dans les cheveux. » Hop, un peu de pommade. Et un autre large sourire pendant que tu t’accoudes au comptoir pour te rapprocher d’elle. « Enfin vous pouvez l’ajouter, ma sœur aussi a quelques difficultés à se repérer dans l’espace. » Ouais, ça lui fera un cadeau dedans quoi, la classe. Même si t’as toujours pas de sœur. « En fait je vais vous avouer quelque chose. » T'attends qu'elle se rapproche, juste pour lui murmurer ton gros secret. « Je ne vous ai pas aidée parce que j'ai peur des araignées. » Ouais tu préfères encore te faire passer pour un gros blaireau qui flippe devant une petite bête que pour un sale goujat qui laisse crever une fille dans la forêt. Il en va de la réussite de ta mission.

_________________


Barre-toi, casse-toi je t'ai dit. Qu'est-ce qui te faut de plus, t'en n'as pas vu assez. Et arrête de me regarder comme ça. T'as rien écouté, t'as rien compris. Comment je dois te le dire pour que ça imprime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t38-isak-pearson-jesus-may-lov
avatar


MESSAGES : 1642
ARRIVEE LE : 11/04/2015
PSEUDO : jolly roger. (Flora)
DOUBLE COMPTE : Jasper & Clarence
AVATAR : dakota johnson
CREDITS : avatar - .liloo_59 | signature - anaëlle. | gifs - tumblr.
AGE : 25 ans
ETUDES/METIER : pâtissière spécialisée en cupcakes, gérante de Let them eat cake! et photographe d'investigation à ses heures perdues

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Mar 14 Avr - 18:18

C'est pas vrai. La ville n'est-elle pas assez grande pour que je doive toujours tomber par les lourdos de service? Je n'ai pu me venger lors du marathon et je l'avais mauvaise après les deux garçons. D'ailleurs, j'ai bien mémorisé leur visage et leur petite attitude. Je rêve secrètement de les mettre dans une situation aussi embarrassante que celle dans laquelle ils m'ont vue. Ma spécialité? Je la lui donne. Une boussole pour qu'il s'étouffe avec. Je grimace quand il rappelle l'épisode désagréable de la toile d'araignée avant qu'il n'ose me provoquer en me conseillant de mettre la boussole pour sa sœur.

Je ne réponds rien et ai un léger mouvement de recul en le voyant s'approcher du comptoir. Je ris intérieurement à l'annonce de sa phobie.

- Et vous vous sentez vraiment obligé de prendre un air charmeur et déplacé pour m'avouer une peur aussi courante que celle des araignées? Ce n'est vraiment pas gentleman de votre part ce que vous avez fait, vous et votre ami. J'espère au moins que vous connaissez les goûts de votre sœur si vous souhaitez que je vous aide à trouver la pâtisserie idéale qui le fera plaisir...

J'ai parlé d'une traite car j'ai envie de me débarrasser de ce client. En plus, mes muffins seront bientôt cuits et il est hors de question que je laisse ce drôle d'énergumène me faire cramer la commande d'un client courtois et sympathique.

Je me dis alors que j'ai peut-être été trop dure avec lui, alors, sur un ton plus commerçant et bienveillant, je demande:

- Vous êtes nouveau dans le quartier? Je ne crois pas vous avoir déjà vu chez nous...

Je souris, systématiquement, la commerçante reprenant le dessus, en prenant la pince qui me sert à attraper les gâteaux en vitrine et j'attends qu'il fasse son choix...

_________________
Call me Wanda

shut up, don't care and eat a cupcake !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t101-amanda-wheeler-call-me-wa
avatar


MESSAGES : 2668
ARRIVEE LE : 01/03/2015
PSEUDO : gg julio.
AVATAR : ollie loudon.
CREDITS : (c) sweet disaster.
AGE : vingt-sept ans.
ETUDES/METIER : directeur d'une agence de détective privés.

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Dim 19 Avr - 22:20

Elle recule. Elle t’envoie chier. BAM. Putain c’est bien ta veine, t’es tombé sur une Cendrillon frigide. L’angoisse. Comment tu vas réussir ton coup si elle est aussi réceptive qu’une nonne ? Faut dire que tu lui as donné les pires impressions qui soient mais là franchement, t’essayais de faire de l’humour. Qu’elle ne se déride pas facilement, c’était pas dans tes putains de note. Alors ça te contrarie. Mais d’un autre côté t’as toujours aimé les challenge, c’est plus stimulant. Tu ne te laisseras pas démonter aussi facilement. Alors t’hausses les épaules et tu soupires à t’en fendre l’âme. Elle tente tout d’un coup de se monter plus sympathique avant que t’aies pu ouvrir la bouche, alors tu te dis qu’elle est soit super lunatique, soit elle vient d’éprouver de légers remords. Parfait. Enfin toujours est-il que t’ignores totalement sa dernière question pour te concentrer sur sa tirade blessante. « Ok, je vois que vous avez déjà votre opinion sur moi. Le genre à préjuger avant de connaître. » Tu te recules en jouant le gars heurté dans sa fierté. Alors qu’en vérité tu t’en bats comme de l’an 40, que tout ce que tu veux c’est te rattraper pour ses photos. Etape numéro 1 : t’essaies de la faire culpabiliser en sous-entendant qu’elle s’attarde sur la première impression sans même te laisser une chance. Ce qui est vrai, en soi. Même si pour le coup, elle a bien raison. Qu’on ne peut pas te faire confiance. Que tu veux l’embobiner. Mais qu’elle se plante sur ta propension à te montrer galant. « Pas étonnant que vous soyez célibataire si vous rembarrez tous les types qui vous trouvent charmantes et qui essaient d’établir un dialogue. » Etape numéro 2 : la complimenter ET lui balancer une crasse en même temps. Comme ça elle est perdue, peut-être un peu honteuse. Flattée ? Ouais, c’est toute une technique mais t’es pas bien certain du résultat. T’y vas un peu à tâtons là … « Et si vous parlez du mec qui s’inspire de Ken pour sa plastique et sa coupe de cheveux, ce n’est pas mon ami. A vrai dire c’est un prétentieux égocentrique et complètement paranoïaque. Si j’étais vous, je ferais attention. » Etape numéro 3 : te mettre en balance avec un enculé bien plus crade que toi, bien moins sympathique, et faire comme si tu t’intéressais à sa sécurité. Alors que si elle se retrouvait de nouveau coincée entre ses griffes, tu te contenterais de hausser les épaules et de te dire que c’est vraiment dommage. « Quant à ma sœur, elle aime le chocolat, la fraise et la crème. Beaucoup de crème, noir le chocolat, coulante la fraise. Merci. » Tu fais savoir d’un ton horriblement neutre et détaché. Etape numéro 4 : lui faire comprendre que t’es le frère le plus attentionné de la terre, même si t’as encore une fois, toujours pas de sœur. T’as à peine le temps de finir qu’un autre client débarque dans le magasin, le visage masqué en pointant un flingue sur la brune. « FILEZ MOI VOTRE FRIC OU JE VOUS DESCENDS ! » Ok. […] Toi tu te contentes de rester là, à le fixer dubitatif. Tu lui avais pourtant dis de pas se foutre une paire de collants sur la tronche, qu’il aurait l’air super con. Une cagoule de ski t’avais dit, sans doute qu’il n’avait pas trouvé à dans le coin cet abruti. Et puis franchement, ce con n’a pas mis des gants assez longs pour dissimuler le tatouage imprimé sur le revers de son poignée. L.O.S.E.R. La prochaine fois tu lui écriras une liste détaillée, histoire qu’il ne fasse pas tout foirer. Enfin bref, tu te dis qu’avec la panique et un peu de chance, la brune ne remarquera pas ce détail. Il est temps pour toi de passer à l’action. Alors tu lèves les mains devant toi dans un signe d’apaisement. « Ok on se calme, pas la peine de s’énerver. » « TA GUEULE ENFOIRÉ ! » Comment il te parle lui, il prend un peu ses aises. « Je me la fermerais sans doute davantage si tu braquais un vrai flingue sur ma tronche et pas un putain de pistolet à billes. » Ouais, parce que t’es trop badass comme gars, tu sais reconnaître un vrai d’un faux, genre t’es un spécialiste. Après tout c’est totalement crédible, y’a beaucoup de différences et d’ailleurs tu les as apprises au cas où elle te demanderait des précisions. Travail de longue haleine. Ton adversaire joue bien le mec déstabilisé, t’es plutôt fier de sa prestation. « Alors maintenant tu vas gentiment sortir de cette pâtisserie et retourner jouer avec tes copains à dégommer des canettes. » Tu t’approches de lui, menaçant. T’as l’air presque flippant, en vrai. « MERDE ! JE REVIENDRAI ... » Il gueule une dernière fois avant de détaler. Roh mais non, tu lui avais dit de lutter pour que tu puisses lui coller une beigne en pleine tête. Une fausse bien entendu … Il avait peut-être eu peur que tu te laisses prendre au jeu et que tu lui pètes le nez. Enfin, ça devrai faire l’affaire. Etape numéro 5 : te faire passer pour un héros. Ouais, parce que ce mec c’est un pote à toi que t’as engagé à titre gratuit pour venir faire du zèle dans sa pâtisserie. T’as sorti la grosse artillerie pour cette fille, elle peut franchement se sentir flattée. « Quel crétin … » Tu te contentes de lâcher en secouant la tête, dépité. Puis tu te tournes vers elle. « Vous allez bien ? » T'as failli oublié, ça aurait été con. Puis tu prends un air super concerné, super inquiet pour elle.

_________________


Barre-toi, casse-toi je t'ai dit. Qu'est-ce qui te faut de plus, t'en n'as pas vu assez. Et arrête de me regarder comme ça. T'as rien écouté, t'as rien compris. Comment je dois te le dire pour que ça imprime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t38-isak-pearson-jesus-may-lov
avatar


MESSAGES : 1642
ARRIVEE LE : 11/04/2015
PSEUDO : jolly roger. (Flora)
DOUBLE COMPTE : Jasper & Clarence
AVATAR : dakota johnson
CREDITS : avatar - .liloo_59 | signature - anaëlle. | gifs - tumblr.
AGE : 25 ans
ETUDES/METIER : pâtissière spécialisée en cupcakes, gérante de Let them eat cake! et photographe d'investigation à ses heures perdues

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Lun 20 Avr - 12:00

J'essaie de le servir en restant courtoise pour lui faire croire que son arrogance et son caractère de petit merdeux à un franc ne m'atteint pas. Il me juge sans me connaître en prétendant que c'est ce que je fais. Je suis l'une des personnes les plus tolérantes de cette ville, j'en suis presque sûre alors qu'il ne vienne pas titiller le mauvais caractère qui sommeille en moi. Mais quand il évoque mon célibat, je ne peux m'empêcher de me défendre.

- Non mais attendez, on se connait pas, ok?! Qui vous dit que je suis célibataire? Ou tu veux rencontrer le poing de mon copain, dans ta figure?!

Ouais, je deviens agressive et mal polie. Amanda la sage me toise du regard d'un air désapprobateur mais Amanda la rebelle jubile. Bon, j'essaie de me radoucir, de reprendre les bonnes formes de politesse, afin d'en finir au plus vite avec sa commande. Je lève un sourcil aux précisions qu'il me donne sur les goûts de sa sœur. Ok, peut-être qu'il se soucie un peu des gens, au moins de son entourage.

- Votre sœur devrait apprécier la forêt noire dans ce cas. ça vous va? Le gâteau est pour combien de personnes?

Je n'ai pas le temps de lui présenter une part de forêt noire pour qu'il la goûte et approuve ce choix qu'un mec en cagoule déboule dans la boutique. Quand il pointe son flingue vers moi, je lâche le gâteau qui s'écrase par terre dans un grand splash qui éclabousse mes jolis escarpins. Maniaque de la propreté que je suis, là, tout de suite, j'en ai rien à faire de mon sol et mes chaussures tachés.

J'ouvre la bouche, choquée, quand mon insupportable client ose lui parler. Mais il est dingue, il va le tuer, ou pire, salir de son sang mon parquet fraîchement ciré. Quoi? Il parle d'un pistolet à billes? Je lève les mains et suis paralysée devant un pistolet à billes? Mais c'est quoi ces putains de guignoles dans cette ville qui se prenne pour, soit des créatures sorties des histoires qu'on se raconte le soir d'Halloween, soit des espèces d'Al Capone à deux balles.

Le temps que je cogite, pendant que mon corps reste figé d'effroi, le bandit a fui et je me retrouve à nouveau seule avec mon client qui, tout à coup, me paraît tellement plus sympathique. Je hoche la tête quand il me demande si tout va bien et prend un papier absorbant posé sur mon bureau derrière le comptoir pour ramasser et nettoyer en gros le gâteau que j'ai fait tomber. Accroupie et cachée derrière mon comptoir en train de frotter le parquet, je lui adresse de timides remerciements:

- Merci... Vous avez été d'un sacré sang froid. Je... je ne comprends pas. Le quartier est pourtant très calme et... et ce n'est pas comme si je vendais des bijoux, ou comme si j'étais banquière. À moins qu'il ait été forcé de faire la grève de la faim depuis un mois et qu'il est fauché pour s'acheter à manger, je ne comprends pas ses motivations...

Je mets le papier absorbant dans la poubelle et vais en arrière boutique pour me laver les mains, en laissant la porte ouverte pour le regarder. Depuis là, je lui dis:

- Heureusement que vous étiez là. Je dois vous présenter mes excuses. Et je vous offre le gâteau pour votre sœur si en échange, vous arrêtez de me prendre pour une putain de princesse qui prend les gens de haut? Ok?!

Et je fais la moue en ajoutant:

- On m'a même traitée de Kim Kardashian un jour?!! J'ai vraiment l'air de ça?!

Je soupire et m'assois sur mon tabouret derrière mon comptoir. J'ai été secouée par l'intervention du mec en cagoule et mes démons de, fraîchement, célibataire en détresse reprend le dessus.

_________________
Call me Wanda

shut up, don't care and eat a cupcake !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t101-amanda-wheeler-call-me-wa
avatar


MESSAGES : 2668
ARRIVEE LE : 01/03/2015
PSEUDO : gg julio.
AVATAR : ollie loudon.
CREDITS : (c) sweet disaster.
AGE : vingt-sept ans.
ETUDES/METIER : directeur d'une agence de détective privés.

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Mer 22 Avr - 14:59

Tu crois que tu l’as un peu agacée, en soulignant son célibat. Mais sa réaction la trahit, parce qu’on ne s’énerve jamais autant que pour nier une vérité. En fait t’as failli griller ta couverture, heureusement qu’elle est plus occupée à t’insulter qu’à se demander comment t’es au courant de sa situation matrimoniale. Parce qu’elle ne se doute pas une seconde que t’as passé des heures à faire des recherches, puis encore des heures à la suivre pour t’imprégner de son petit monde. C’est comme ça que t’avais pu constater que mademoiselle Wheeler n’avait pas une vie amoureuse palpitante. A part ce type qu’elle avait rencontré dans un café et avec lequel elle avait partagé des banalités assommantes. Sérieusement, t’avais failli t’endormir en les écoutant jacasser de bouffe et de BDs. En plus il avait commandé un jus d’orange, rien de plus ennuyeux. Et t’avais vraiment rien appris de nouveau sur ta proie, à part que sa mère était allergique aux poils de chien. Exclusivité. Heureusement que le mec était canon pour compenser son manque de conversation, en tout cas toi, t’en avais bien profité. D’ailleurs t’avais presque hésité à le suivre après leur entrevue, histoire de tâter le terrain. Bref, pas de concurrent sérieux, de ton point de vue. Elle avait bien précisé qu’elle trouvait les poissons rouges et les tortues barbantes.
Tu reconnais quand même que ton pote sorti tout droit d’un mauvais thriller de série B arrive à pic. Quelques minutes supplémentaires et t’aurais vraiment été dans la galère. A devoir repartir avec ta forêt noire et son regard glacial braqué sur toi. Tu devais au moins saluer son timing idéal à défaut d’une tenue de braqueur convenable. Limite un masque de clown aurait fait plus flipper que son collant contre les varices. Enfin soit, tu t’en débarrasses vite fait bien fait en espérant avoir atteint tes objectifs. Alors tu t’intéresses au bien être de ta cible qui disparaît derrière le comptoir pour récurer nerveusement le sol. T’hésites une seconde à lui proposer ton aide, limite t’ouvres la bouche pour faire semblant mais tu la refermes aussitôt –c’est le geste qui compte à ce qu’il paraît-. Non franchement, ce serait pousser le bouchon un peu trop loin. Tu viens de lui sauver la vie, elle ne va pas non plus s’offusquer que tu ne rampes pas pour essuyer un désastre qui de toute façon est exclusivement de sa faute. Se mettre à quatre pattes pour faire lustrer le parquet, c’est un truc de gonzesse. Ce serait trop humiliant pour toi de t’abaisser à une telle tâche, même pour bien paraître. Ouais, chacun ses limites. En tout cas elle te paraît bien secouée la petite Wanda, ton plan soigneusement préparé a fonctionné à merveille. Elle  est tout chose, à essayer de comprendre les motivations de ce sombre individu. « Certainement un pauvre gars accro à la drogue. Vous savez ça rend fou ces trucs-là, les gens sont prêts à n’importe quoi pour se procurer leur dose. Braquer une pâtisserie avec un flingue à billes, par exemple. Je pense qu’ils sont surtout désespérés, au fond ils auraient plutôt besoin d’aide … » Ouais, parce que t’es un mec altruiste qui trouve même une excuse aux apprentis voleurs. En vérité t’as aucune compassion pour cette espèce, ce ne sont que des ratés incapables de reprendre leur vie en main qui méritent de crever dans le caniveau une aiguille plantée dans la veine. M’enfin, ton charabia à l’air de faire effet puisqu’elle te présente tes excuses. BINGO. T’as presque envie d’effectuer une petite danse du paon, là, tout de suite. Mais tu t’abstiens de jubiler pour ne pas éveiller ses soupçons. Tu te contentes de secouer légèrement la tête de droit à gauche comme pour lui signifier ‘ne vous inquiétez pas pour ça’, alors que ouais, tu les mérites ses putains d’excuses. D’un coup d’un seul, elle se place en position de méchante et ça arrange bien tes affaires. En plus si tu peux avoir un gâteau gratuit, tu ne vas pas cracher dans la soupe. « Marché conclu. » Grand seigneur que tu es, un cadeau ça ne se refuse pas. « Princesse. » T’ajoutes en étirant tes lèvres dans un mince sourire taquin. Tu n’as pas dit ‘qui prend les gens de haut’, c’est déjà ça. Sauf que voilà, tu ne t’attendais certainement pas à ce qu’elle pète une durite en parlant de Kim Kardashian. Merde, c’est qui celle-là ? Tu ne te souviens pas d’avoir vu ce nom-là dans tes dossiers. T’imagines qu’elle s’attend à ce que tu lui fasses un compliment, les filles ça cherche toujours à se faire caresser dans le sens du poil. Surtout étant donné le stress auquel elle vient d’être exposée. Puis là ça te revient, Kim Kardashian. C’est pas la bimbo refaite complètement disproportionnée ? Tu te permets de la rejoindre derrière le comptoir et tu t’accroupis pour te placer à son niveau, les coudes posés sur tes genoux. « En tout cas vous n’avez pas les mêmes fesses, si ça peut vous rassurer. » Et tu t’marres, un comme crétin. Ouais, c’était peut-être pas une bonne idée de parler de ses fesses maintenant. Parce que ça sous-entend clairement que tu sais à quoi elles ressemblent, que tu t’es bien attardé dessus à un moment donné. Mais merde, après tout tu restes un mec. Qu’on ne te fasse pas croire que ça ne leur arrivait jamais à elles, femelles, de reluquer la plastique des garçons. « De toute façon vous plaisez à votre copain comme vous êtes, c’est le principal non ? » Turlututu. Ouais bah, t’es pas censé savoir qu’elle t’a menti, toi tu gobes bien gentiment ce qu’elle raconte. « Et puis vous ne m'avez pas laissé tomber. Vous auriez pu, courir vers l'arrière boutique et m'abandonner comme un couillon. » Tu parles, elle était restée figée comme une idiote, t'aurais pu crever devant elle qu'elle se serait laissée buter sans lever le petit doigt. Aucun instinct de préservation. « Bon c'est vrai que vous auriez pu faire mieux mais c'est un début, la prochaine fois essayez de le viser avec votre gâteau pour m'aider un peu. » Puis tu souris, pour la rassurer. Mon dieu, ça t'étonnera toujours le nombre de conneries que t'es capable de débiter à la seconde.

_________________


Barre-toi, casse-toi je t'ai dit. Qu'est-ce qui te faut de plus, t'en n'as pas vu assez. Et arrête de me regarder comme ça. T'as rien écouté, t'as rien compris. Comment je dois te le dire pour que ça imprime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t38-isak-pearson-jesus-may-lov
avatar


MESSAGES : 1642
ARRIVEE LE : 11/04/2015
PSEUDO : jolly roger. (Flora)
DOUBLE COMPTE : Jasper & Clarence
AVATAR : dakota johnson
CREDITS : avatar - .liloo_59 | signature - anaëlle. | gifs - tumblr.
AGE : 25 ans
ETUDES/METIER : pâtissière spécialisée en cupcakes, gérante de Let them eat cake! et photographe d'investigation à ses heures perdues

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Mer 22 Avr - 17:37

Je me remets doucement de ce que je viens de vivre. Braquer une pâtisserie est donc dans les plans d'un malade mental. Qui eut cru que pâtissière pouvait être dangereux? Moi pas en tout cas. Je ne pensais jamais dire ça un jour mais le dingo de service du marathon m'a aidée d'une grande aide pour le coup. Il m'explique qu'il doit s'agir d'un accro au crack mais je n'y crois pas trop. Je soupire et ne peux me retenir de faire une petite blague:

- Il croyait que je faisais des gâteaux à l'herbe? aha... Encore merci, vraiment.

Je décide alors de montrer ma gratitude en lui offrant le gâteau mais je soupire et lève les yeux au ciel quand il ose m'appeler "Princesse". Là, je le retrouve sauf que désormais, je suis mi-amusée, mi-remontée. Bha oui, tout de même, je ne vais pas oublier mes principes qui sont que je le déteste, clairement.

Je sens que mes jambes tremblent, encore sous le choc, alors je décide de m'installer sur le tabouret et j'ai du mal à digérer ses remarques alors je lui parle de cette fois où, malencontreusement, je me suis retrouvée embarquée dans une voiture de flic avec une fille qui m'a appelée Kim Kardashian. Je lui passe la partie concernant la police mais la seconde, visiblement, je ne l'ai toujours pas avalée non plus. Il me dit que je n'ai pas les mêmes fesses qu'elle. Donc, il a regardé les miennes. Je le regarde d'un air insistant, en levant un sourcil et lui dit:

- Oui, justement, c'est vos fesses qu'il va venir botter si jamais vous osez encore poser votre regard là où ça vous regarde pas, d'accord?!

Si jamais il me cherche vraiment, je pourrais toujours dire à Charlie de venir... Mauvaise idée, Charlie se prendrait une raclée en moins de deu. Wade accepterait peut-être... Stop. Arrête de penser à lui, Amanda... Je plisse les yeux et sers les lèvres pour lui faire un regard noir et souffle entre mes dents, mi-amusée, faussement autoritaire:

- Espèce de pervers arrogant... Mais... elles sont bien mes fesses, alors?

Je n'ai trouvé que cela pour tenter de le mettre mal à l'aise, mais visiblement, c'est une fois que j'ai parlé que je remarque qu'en fait, c'est moi-même que ma question a mise mal à l'aise. Amanda, tu crains. Tais-toi, sérieux, parfois. Je soupire et discute avec lui de l'incident que nous venons de vivre. Je ne peux m'empêcher de rire quand il évoque l'idée de se servir d'un gâteau comme arme.

- Pas sûr que lui envoyer un gâteau en pleine face réglerait le problème, mais merci du tuyau. Bon, vous y allez avant que vous ne fassiez fuir des clients qui seraient susceptibles de venir? aha. Ou vous souhaitiez acheter autre chose?

Bizarrement, il me fait rire et je n'arrive plus trop à lui en vouloir pour le marathon. Pour la première fois, j'envisage même qu'il peut être un gars cool au fond. Je rejette aussitôt cette pensée. Je me suis laissée tellement de fois avoir par l'humour et les compliments... Cela doit cesser. Le gars chiant du marathon sera mon cobaye. Je me rappelle soudain que je ne sais pas son nom alors, tout simplement, je demande:

- Au fait, je suis Amanda. Et vous?

_________________
Call me Wanda

shut up, don't care and eat a cupcake !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t101-amanda-wheeler-call-me-wa
avatar


MESSAGES : 2668
ARRIVEE LE : 01/03/2015
PSEUDO : gg julio.
AVATAR : ollie loudon.
CREDITS : (c) sweet disaster.
AGE : vingt-sept ans.
ETUDES/METIER : directeur d'une agence de détective privés.

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Sam 25 Avr - 21:56

Elle t’interdit de poser tes yeux au mauvais endroit. Ah ouais et sinon quoi, elle va faire tomber un autre gâteau à ses pieds ? Ouh, t’es mort de trouille. Parce que tu sais bien que personne ne viendra te botter le cul, visiblement t’es pas le seul dans cette pièce à mentir comme un arracheur de dents. Enfin tu le savais bien, que ce n’était pas l’idée la plus brillante que t’aies eue, d’évoquer ta capacité à laisser traîner tes yeux là où il ne faut pas. Mais tu dois bien avouer que la suite te surprend. Euh, y’a quelqu’un d’autre dans la pièce ou elle vient vraiment de te demander comment tu trouves son cul, à toi ? Pendant quelques secondes silencieuses et presque gênantes, tu fais glisser ton regard vers la droite, puis vers la gauche. Ah elle a beau faire la sainte nitouche, n’empêche qu’elle vient de t’allumer la Wanda ! C’est clair, t’as bien compris les signaux. Même si en réalité tu vois bien à sa tête qu’elle est en train de se traiter mentalement de pauvre conne pour avoir lâché un truc pareil. Toi, tu préfères ta version des faits. « Je n’oserais pas juger d’une telle chose après avoir été traité de pervers arrogant. » Genre. « Mais elles sont plutôt pas mal. » Tu tiens à le souligner. Puis voilà tu l’as faite rire avec ta suggestion d’arme, le tour est joué. Femme qui rit … Maintenant suffit de ramasser l’autre moitié. Sauf que non, en fait. Elle te vire là, carrément ? Tu pourrais presque te vexer. Sérieusement, tu sens que la gonzesse va te donner du fil à retordre. Même après lui avoir servi ton petit numéro de héros, elle s’impatiente de te voir déguerpir. Pourtant t’as été convainquant, flatteur, séduisant. Complètement. Toi-même tu te serais sauté dans les bras ! Tu plisses tes paupières pour essayer de la percer à jour. Y’a quoi qui cloche dans son petit monde de Barbie ? Pourtant t’avais cru bien la cerner, t’avais parié sur le fait qu’elle se laisserait facilement embobiner. Et t’aimes pas te planter. Cette saloperie de marathon, t’es certain que c’est cette connerie qui pèse encore dans la balance. T’es parti avec un sacré handicap … et maintenant va falloir ramer. Tu pourrais bien te trouver une autre photographe, après tout elle n’est pas la seule en ville. Mais t’as vu ses clichés et putain, tu la veux. Quand t’as une idée en tête, y’a pas moyen de te faire décrocher, et ce n’est pas un certain niveau de difficulté qui va te faire renoncer. Hors de question. « Je rêve ou vous essayez de chasser le type qui vient de vous sauver d’une attaque au pistolet à billes ? C’est pas très gentil ça … » Tu fais remarquer en adoptant une petite moue chagrinée, même si ça se voit comme un nez au milieu de la figure que tu surjoues. D’ailleurs t’as un sourire qui se glisse au coin de tes lèvres. « Rassurez-vous je ne prendrai que ça. Mais sans vouloir vous bousculer je vais avoir du mal à partir sans ma part de gâteau, ma sœur serait extrêmement déçue. » Parce que tu veux bien te casser, n’empêche que la marchandise qui t’étais destiné s’est éclatée sur le sol. Elle l’a sans doute oublié, sous le coup de l’émotion. Puis elle se présente et tu hoches le menton. Au moins ça t’évitera de faire une bourde en l’appelant Amanda alors que t’es pas censé le savoir, d’ailleurs tu te retiens de justesse de lâcher un ‘je sais’ qui t’aurait trahi dans la seconde. « Isak, enchanté. » T’attrapes délicatement sa main avec la tienne pour la serrer, histoire de faire les présentations. Ouais, tu fais comme chez toi, pas gêné pour un sou. « Puis je suis là depuis toujours, pour répondre à votre question. Ça m’étonne de ne jamais vous avoir croisée d’ailleurs, mais je dois avouer que les pâtisseries ce n’est pas trop mon truc. Je suis assez loin des clichés de mon métier. » T’es souvent représenté comme les gros flics, en train de se gaver de donuts et d’éclairs au chocolat pendant les planques. « Elle est à vous depuis combien de temps, cette boutique ? » Tu plantes un instant tes iris clairs dans les siens, puis t’as une expression trouble qui traverse ton regard charmeur. M.E.R.D.E. Tu savais bien qu’avec tout ce que t’avais amassé comme informations, t’allais faire une connerie à un moment donné. Parce qu’elle n’a jamais dit qu’elle était la propriétaire de la pâtisserie. En même temps c’est une erreur mineure, t’aurais toujours pu le supposer innocemment. Mais t’es légèrement crispé subitement, tellement que tu lui lâches la main brusquement et que tu te redresses illico. « Enfin on n'est pas non plus obligé de faire la conversation, je vois bien que je vous emmerde plus qu'autre chose. » Tu t'empresses de poursuivre avant qu'elle n'ait pu te répondre. Ouais, ça vaudra peut-être mieux histoire que t'évites d'autres boulettes. Putain, t'as l'air d'un type qui a une subite envie d'aller aux toilettes et qui cherche à écourter sa petite drague du dimanche.   

_________________


Barre-toi, casse-toi je t'ai dit. Qu'est-ce qui te faut de plus, t'en n'as pas vu assez. Et arrête de me regarder comme ça. T'as rien écouté, t'as rien compris. Comment je dois te le dire pour que ça imprime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t38-isak-pearson-jesus-may-lov
avatar


MESSAGES : 1642
ARRIVEE LE : 11/04/2015
PSEUDO : jolly roger. (Flora)
DOUBLE COMPTE : Jasper & Clarence
AVATAR : dakota johnson
CREDITS : avatar - .liloo_59 | signature - anaëlle. | gifs - tumblr.
AGE : 25 ans
ETUDES/METIER : pâtissière spécialisée en cupcakes, gérante de Let them eat cake! et photographe d'investigation à ses heures perdues

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Dim 26 Avr - 18:21

J'ai du mal à comprendre qui est vraiment ce drôle d'individu. Un moment, je le trouve charmant, avenant et même drôle, d'autres fois, j'ai simplement envie de lui mettre un coup de pied aux fesses. Alors, forcément, mon humeur change vite en sa présence, entre méfiance et amusement. C'est peut-être mon idée de le faire sortir de la boutique à coups de balais dans le derrière qui me donnent l'idée de lui demander de juger mon postérieur. J'essaie de le mettre mal à l'aise mais, visiblement, c'est moi qui suis le moins à l'aise après sa réponse. Je ne relève pas, d'autant plus qu'il évoque le "pervers arrogant" que je lui ai balancé à la figure avant qu'un visiteur impromptu n'interrompt cette drôle de conversation.

La conversation devenant étrange à mon goût, je l'invite donc à quitter les lieux alors qu'il a enfin eu le gâteau qu'il venait d'acheter mais il me rappelle, non sans sarcasme, que je l'ai fait tomber par terre. Malgré moi et mon envie de ne pas du tout soigner l'emballage du gâteau, je m'applique et lui tend le paquet d'un sourire crispé:

- Voilà pour vous... Je ne voudrais pas que, par votre faute, la surprise pour votre sœur soit gâchée, mais j'avais plutôt envie de ramasser le gâteau qui s'est écrasé par terre pour vous...

Je soupire en levant les yeux au ciel et j'ajoute:

- Mais c'est toujours gratuit, sans vous, malgré tous les défauts que vous possédez, qui doivent vous permettre d'entrer dans le Livre des Records, je ne sais pas ce que j'aurai face à une telle situation tout à l'heure...

Et c'est uniquement parce qu'il est venu à mon secours, enfin, n'exagérons rien, il n'a pas non plus daigner me protéger durant la présence de l'individu, je décide de me présenter. Il dit s'appeler Isak. Alors, je retiens son prénom et lui serre poliment la main.

Il me parle de son métier et j'allais ouvrir la bouche pour savoir quel travail il exerce lorsqu'il me devance en me demandant depuis quand je possède cette boutique. Je fronce les sourcils, me mordant la lèvre et réponds calmement, alors qu'il semble soudain pressé de mettre fin à la conversation.

- Oh non, ça va, là, vous voyez, Isak, vous ressemblez davantage à un client lambda qui cherche à être poli. Et bien... même si mon nom n'est inscrit nulle part sur la devanture et que je ne sais pas comment vous pouvez en arriver à cette conclusion, je loue ce local à la mairie et gère Let them eat cake depuis un an et demi... et donc, vous? Vous exercez dans quel domaine?

Il m'intrigue et j'ai l'impression qu'il me cache des choses car, en effet, il n'a rien d'un client lambda. Comme si la pâtisserie était un prétexte pour me rencontrer. Visiblement, il n'avait aucun souvenir du marathon puisque ma pique sur la boussole semble vraiment l'avoir surpris, ou alors, il est bon pour un Oscar. Alors, j'essaie de le retenir puisque aucun autre client attend mes services, pour en savoir plus sur ses véritables intentions.

_________________
Call me Wanda

shut up, don't care and eat a cupcake !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t101-amanda-wheeler-call-me-wa
avatar


MESSAGES : 2668
ARRIVEE LE : 01/03/2015
PSEUDO : gg julio.
AVATAR : ollie loudon.
CREDITS : (c) sweet disaster.
AGE : vingt-sept ans.
ETUDES/METIER : directeur d'une agence de détective privés.

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Mer 29 Avr - 18:08

Sérieux, si t’avais pas regardé elle aurait ramassé le gâteau par terre ? C’est pas très cool pour quelqu’un qui reproche à son client d’être bourré de défauts. Faut croire que la princesse n’est pas aussi naïve et bienveillante que dans les dessins animés. Dommage pour toi. « Vous exagérez un peu tout de même … » Tu lui fais remarquer. Elle continue de t’enfoncer malgré ton acte d’héroïsme, à croire que les premières impressions ont la vie dure. « Je n’ai jamais réussi à rentrer dans le livre des records ! » T’ajoutes sur le ton de la plaisanterie, comme si c’était uniquement à propos de ça qu’elle exagérait, comme si pour tout le reste tu reconnaissais qu’elle avait raison. Enfin si ton degré d’égoïsme pouvait te permettre de toucher de l’argent, tu t’estimerais heureux. Mais de ton avis t’as pas tant de défauts que ça, non, t’es même plutôt un bon parti. T’es pas du genre à aller voir ailleurs, tu dis toujours merci quand on te sert à bouffer, t’acceptes de faire le ménage une fois par an, t’ouvres la portière de la voiture, t’es riche, t’es beau gosse. Que demander de plus ? C’est vrai tu pourrais être plus aimable, penser un peu plus aux autres, faire risette aux enfants. Mais après tout, personne n’est parfait –même si tu t’en rapproches- ! T’attrapes le gâteau avec un « Merci » souriant, puis tu te presses de lui faire la conversation, histoire qu’elle ne t’échappe pas si facilement. Sauf que voilà, tu laisses échapper une connaissance que t’es pas censée avoir.  « Simple déduction, déformation professionnelle. » C’est possible après tout, vraiment. T’es convaincu qu’elle ne se doute de rien, d’ailleurs elle veut que tu restes, maintenant. C’est plutôt bon signe. En vérité elle ne veut pas l’avouer mais elle te kiffe déjà. C’est clair. « Dommage que je ne sois pas plus tourné vers les pâtisseries alors. » Tu fais savoir en étirant tes lèvres. Mode lover ON. « Je suis détective privé. Comme Sherlock Holmes v’voyez, même si en réalité ce n’est pas toujours aussi palpitant. La plupart du temps ce sont des planques en attendant de prendre LA bonne photo. Et en espérant que le client ne soit pas parano et qu’il y a vraiment quelque chose à découvrir. » Hop voilà, t’as calé le mot photo, avec un peu d’espoir elle relèvera. Puis tu fouilles frénétiquement dans la poche de ta veste pour attraper une carte de visite que tu lui tends. Ouais, c’est surtout pour lui filer ton numéro de téléphone, mais chut. « Si jamais vous avez besoin de mes services n’hésitez pas, je vous ferai un prix d’ami. » Parce que c’est déjà ton amie, carrément. Enfin c’est une façon de parler, pour lui faire comprendre que t’es généreux, en plus de ça. « Vous savez, vous devriez vraiment vous procurer une arme pour vous défendre. » Tu passes du coq à l’âne, mais ça vient de traverser comme ça. Même si tu sais pertinemment qu’elle a autant à craindre des hommes qu’un naufragé sur une île déserte. Sait-on jamais, peut-être que tu lui as fait peur pour de bonnes raisons, parce que dans une semaine un vrai braqueur va passer la porte de sa boutique ! Ouais … pas très crédible. En plus vu la gueule qu’elle fait t’as l’impression que tu viens de lui suggérer de se raser les cheveux. Elle s’imagine sûrement que tu vas lui proposer de lui fournir un bazooka. Alors tu cherches de nouveau un truc dans ton blouson pour en sortir ta bombe lacrymogène. Avec tous les ennemis que tu te fais, c’est un objet nécessaire à ta survie. « Tenez, vous n’aurez qu’à la mettre à portée de main. Vous savez comment ça fonctionne ? » C’est pas très difficile mais quand même, t’imagines qu’elle est plus du genre à manier des DVDs Disney que ce genre de gaz.

_________________


Barre-toi, casse-toi je t'ai dit. Qu'est-ce qui te faut de plus, t'en n'as pas vu assez. Et arrête de me regarder comme ça. T'as rien écouté, t'as rien compris. Comment je dois te le dire pour que ça imprime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t38-isak-pearson-jesus-may-lov
avatar


MESSAGES : 1642
ARRIVEE LE : 11/04/2015
PSEUDO : jolly roger. (Flora)
DOUBLE COMPTE : Jasper & Clarence
AVATAR : dakota johnson
CREDITS : avatar - .liloo_59 | signature - anaëlle. | gifs - tumblr.
AGE : 25 ans
ETUDES/METIER : pâtissière spécialisée en cupcakes, gérante de Let them eat cake! et photographe d'investigation à ses heures perdues

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Mer 29 Avr - 21:46

Bon sang, qu'il est agaçant. Il continue à me provoquer malgré les piques que je ne cesse de lui lancer. Au bout d'un moment, j'abdique. Je pense qu'il a bien plus d'entraînement que moi qui ne suis pas particulièrement emballée à l'idée de ne faire que chercher les gens qui m'entourent. Je suis plutôt bienveillante, au cœur tendre même, à toujours trouver le bon côté de la personnalité des gens. Isak éveille en moi un côté plus... mesquin. Mais c'est certain, je ne lui arrive pas à la cheville. Et heureusement. Une fois l'histoire du gâteau réglé, il commence à évoquer "ses déformations professionnelles". Alors, je m'intéresse ce drôle d'individu, me demandant ce que ce gars narcissique mais pas moins plein de culot pourrait exercer comme métier.

Je glousse quand il évoque Sherlock Holmes. Ok, il est détective, mais il y a détective et détective à la Sherlock. Je n'imagine pas du tout Isak avec le chic so bristish du détective de la Baker Street à Londres. Je le vois, en revanche, plutôt bien, en mode looser, en planque, avec la sauce de son hot-dog lui dégoulinant sur le menton et sur son t-shirt. Cette vision me donne envie de rire alors je me pince les lèvres pour qu'il ne regarde rien. Je soupire en prenant sa carte mais sans doute parce que je cherche à le provoquer encore un peu, je hausse les épaules et jette la carte par dessus mon épaule en le regardant droit dans les yeux. Et le voilà qui se remet à faire comme s'il s'inquiétait réellement de ma sécurité.

- Une arme? Nope, hors de question. Je suis contre le port d'arme pour les civils dans le pays vous savez, ça éviterait bien des crimes.

Je le vois trifouiller dans son sac et je fronce les sourcils en prenant la bombe qu'il me tend. Je lis dessus qu'il s'agit d'une bombe lacrymogène. Il me demande si je sais m'en servir. Je trifouille un peu la bombe et arrive à soulever le couvercle, avec peine. C'est qu'il était bien vissé.

- Hmmm...

Je cherche le petit trou par lequel le produit s'échapperait si j'appuie dessus mais à priori, il faut amorcer le "pitch pitch". Tout d'un coup, je redresse vivement la tête pour ne pas prendre le liquide dans les yeux, qui sort, d'un coup. Là, je lâche la bombe et plaque mes mains devant la bouche en voyant que le produit est allé directement se nicher dans les yeux d'Isak. Je vais vite chercher des mouchoirs en papiers et les lui donne, avant d'en passer d'autres sous le jet d'eau avant de les lui donner aussi.

- Oh mon dieu, je suis désolée, vraiment, je... Je ne savais pas par où ça allait sortir, je ne trouvais pas le p'tit trou du machin pitch pitch là...

Je soupire longuement et fais le tour du comptoir, me demandant quoi faire et me penche vers lui pour observer ses yeux.

- Élémentaire mon cher Watson! en plein dans l'mil... vous devriez peut-être consulter nan? Oh mon dieu, je suis terriblement désolée...

_________________
Call me Wanda

shut up, don't care and eat a cupcake !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t101-amanda-wheeler-call-me-wa
avatar


MESSAGES : 2668
ARRIVEE LE : 01/03/2015
PSEUDO : gg julio.
AVATAR : ollie loudon.
CREDITS : (c) sweet disaster.
AGE : vingt-sept ans.
ETUDES/METIER : directeur d'une agence de détective privés.

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Lun 4 Mai - 20:46

Elle te provoque un peu non ? A jeter ta carte par-dessus son épaule. Si tu ne t’intéressais pas à ses photos, ça fait longtemps que t’aurais claqué la porte de son fichu magasin. Elle te rend chèvre cette gonzesse. Alors tu ne te prives pas de te bidonner quand elle ausculte l’arme que tu viens de lui tendre. C’est trop drôle, une femme qui essaie de se servir d’une bombe lacrymogène. Sauf que subitement tu trouves ça vachement moins drôle, quand tu reçois le jet en pleine face sans avoir le temps de l’esquiver. T’as les iris qui te brûlent, les paupières qui enflent, les orbites qui te démangent. BORDEL DE MERDE, elle n’a quand même pas fait ça, si ? « PUTAIN ! » Tu beugles à travers la boutique en agitant ta tête dans tous les sens. « Vous l’avez fait exprès ! » Sérieusement, y’a de quoi se poser la question. Parce qu’en plus ça la fait marrer, Madame fait de l’humour. T’as envie de chialer. D’ailleurs tu crois que tu chiales. Involontairement. Tu sens des larmes de douleur s’échouer sur les mouchoirs. Ta production lacrymale s’emballe carrément. « Merde j’vais devenir aveugle et moche … » Non en fait non, il est peu probable que tu deviennes moche, même si t’es aveugle. Quoique ce truc peut bien te filer quelques cloques pas très glamour, mais les brûlures s’estompent avec le temps. Au pire, ça te fera des histoires à raconter. Bien sûr, là, tu n’auras aucun scrupule à mentir et enjoliver cette expérience désastreuse. Pas question de révéler que t’es devenu infirme parce que t’as fait la connerie de placer une bombe lacrymogène dans les mains d’une pâtissière en mal d’amour. T’aurais dû le savoir pourtant, que ce ne sont que des bonnes à rien programmées pour faire la cuisine et le ménage. Pas pour manier des objets potentiellement dangereux. Ça t’apprendra à croire en la femme. En cette femme. Tu t’accroupis soudain, puis tu baisses la tête pour l’enfouir dans les morceaux de tissu. « J’peux pas devenir aveugle, c’est hors de question. Vous imaginez, j’pourrais même pas voir mes gosses ! » AH AH AH. Quiconque te connaît bien pourrait penser que t’es en train de délirer, ou que t’as une commotion cérébrale due au gaz –ce qui est sans doute impossible, à bien y réfléchir-. Ouais tu souffres, mais tu te souviens encore que t’es pas censé dire ce qui te traverse l’esprit devant Amanda. Parce que sinon t’aurais dit « j’pourrais même plus voir mon reflet dans la glace », ce qui serait une chose terrible en soi. […] Ça va tu déconnes, n’empêche qu’elle n’aurait probablement pas apprécié ce genre d’humour, la coincée du cul. Mais soyons clairs, des gosses t’en auras JAMAIS. T’en veux pas de ces espèces de trucs difformes tellement inutiles qu’ils se chient dessus et pleurent quand ils ont faim. Faut attendre seize ans –avec de la chance- pour qu’ils sachent ENFIN se servir d’une casserole ces abrutis, et bien plus encore pour qu’ils ne vous appellent pas en chouinant dès qu’ils ont mal au crâne. T’as du mal à croire que toi, temple de perfection, t’as un jour été l’une de ces créatures faibles et criardes. Au moins tu savais te faire à bouffer à neuf ans, même si maintenant tu préfères te faire servir –il fut un temps où t’avais pas vraiment le choix-. Et puis t’as jamais été une plaie pour ta mère, d’ailleurs t’es convaincu que tes couches sentaient la rose du matin. Puis t’enlèves ces putains de mouchoirs de devant tes yeux. « Vous avez éteint la lumière ? Ce serait vraiment, mais alors vraiment pas drôle … » Tu demandes avec une pointe d’angoisse au fond de la gorge. En fait t’arrives pas à ouvrir tes paupières gonflées, mais t’en es pas vraiment conscient. Alors tu te redresses brusquement, ton crâne heurtant un truc dur qui fait un drôle de bruit. Merde, avec la chance que t’as tu viens d’assommer la brune.

_________________


Barre-toi, casse-toi je t'ai dit. Qu'est-ce qui te faut de plus, t'en n'as pas vu assez. Et arrête de me regarder comme ça. T'as rien écouté, t'as rien compris. Comment je dois te le dire pour que ça imprime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t38-isak-pearson-jesus-may-lov
avatar


MESSAGES : 1642
ARRIVEE LE : 11/04/2015
PSEUDO : jolly roger. (Flora)
DOUBLE COMPTE : Jasper & Clarence
AVATAR : dakota johnson
CREDITS : avatar - .liloo_59 | signature - anaëlle. | gifs - tumblr.
AGE : 25 ans
ETUDES/METIER : pâtissière spécialisée en cupcakes, gérante de Let them eat cake! et photographe d'investigation à ses heures perdues

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Mer 6 Mai - 14:38

Si Isak n'est pas au courant, il va devoir apprendre à ses dépens que je tiens souvent ma revanche sans même y avoir songer à l'avance. On pourrait croire que je fais preuve de spontanéité ou de réflexion très rapide, mais non, en fait, je suis juste maladroite. Et là, j'ai fait fort. Au premier abord, je suis gênée et je m'inquiète réellement pour lui, alors que la bombe lacrymogène fait vraiment son effet. Mais au second abord, je jubile intérieurement. Je m'en veux terriblement de ressentir cela mais le voir pleurer comme une fillette en implorant tous les dieux de ne pas devenir aveugle montre clairement que le fanfaron que j'ai rencontré à première vue est quelque peu dépourvu de courage dans certaines circonstances. Serait-ce les circonstances qui touchent directement à son petit confort et son joli minois? J'en ai bien peur.

Je le laisse se plaindre quand il a peur de devenir moche, de ne pas pouvoir voir ses enfants. Non, là, vraiment, tout en essayant de lui essuyer les yeux avec des mouchoirs, je me sens obligée de répondre:

- Des enfants?! Ils vous apprendraient peut-être le partage et la modestie une fois qu'ils vous auront vomi dessus tellement vous dites des bêtises...

Je rigole discrètement avant de froncer les sourcils quand il pense que j'ai éteint la lumière.

- Heu.. non.. du tout. Mais vous êtes certainement en train de voir vos paupières en fait heu comment vous dire que vous avez les yeux fermés...

Je me mords la lèvre pour ne pas rire mais je le trouve ridicule. Sa réaction est, pour moi, excentrique et exagérée, presque théâtrale. Forcément, les yeux bouffis et gonflés, on ne voit pas grand chose d'autre que sa peau, pour le peu qu'on peut les ouvrir. Mais je grimace, consciente de la douleur qu'il peut ressentir.

- Tenez, asseyez-vous, là.

Je le guide jusqu'à un tabouret en le tenant par le bras et je vais dans l'arrière boutique prendre des glaçons dans le congélateur. Je les mets dans un sac en plastique étanche avant de l'enrouler dans une serviette. Je reviens et lui applique délicatement le sac de glaçon de fortune que j'ai fabriqué sur ses yeux.

- Tenez, gardez ça sur vos yeux, ça peut aider à faire dégonfler... vous avez besoin de quelque chose? D'appeler quelqu'un? Vous ne pouvez pas rentrer seul chez vous avec des yeux pareils...

Je ne sais pas quoi faire et regarde ses yeux bouffis. Ces machins sont vraiment puissants, je comprends que ça rassure bon nombre de filles qui ont peur de se faire harceler dans la rue.

_________________
Call me Wanda

shut up, don't care and eat a cupcake !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t101-amanda-wheeler-call-me-wa
avatar


MESSAGES : 2668
ARRIVEE LE : 01/03/2015
PSEUDO : gg julio.
AVATAR : ollie loudon.
CREDITS : (c) sweet disaster.
AGE : vingt-sept ans.
ETUDES/METIER : directeur d'une agence de détective privés.

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Ven 8 Mai - 23:57

Honnêtement ce n’est pas possible qu’elle l’ait fait exprès. Quelqu’un qui a des tatouages d’amour ne peut décemment pas volontairement gazer un pauvre innocent qui vient de lui sauver les fesses. N’est-ce pas ? A moins que tout cela ne soit un subterfuge éhonté, que ses airs d’innocente maladroite, de princesse rêveuse, de pâtissière généreuse, ne soit qu’une mascarade pour dissimuler une peste sans scrupules. Les apparences sont parfois trompeuses dit-on … Mais en plusieurs jours de filature tu l’avais plutôt découverte du genre à toujours regarder avant de traverser, à jeter un regard compatissant et chaleureux aux morveux qui chouinent, à proposer son aide aux touristes pour trouver leur chemin, à acheter un ticket de bus aux vieux ayant épuisé leur stock de pièces. Non, faut que t’acceptes la dure réalité : il n’y a que toi qui es dans sa putain de ligne de mire. Et si l’extirper d’une toile d’araignée avait pu t’éviter de devenir aveugle, tu remonterais le temps illico pour la secourir sur ton beau destrier noir. D’ailleurs tu fais la sourde oreille quand elle te parle de partage et de modestie, elle veut vraiment te faire gerber ? En plus ce n’est pas que tu n’es pas modeste, c’est quand même pas de ta faute si t’es réaliste. Au moins toi, tu te supportes, tu te soutiens, tu t’aimes. Tu n’vois pas quel mal il y a à cela, parce que de toute façon c’est le seul amour sincère qu’il peut exister dans ce foutu monde. Mais qu’on ne te parle pas de modestie, c’est qu’une saloperie d’hypocrisie. Tout le monde s’adore au fond, si on exclut les pauvres faiblards qui se coupent les veines. Sinon on se serait déjà tous fait sauter le caisson. Et toi, t’as aucune envie de finir comme ça. Mais bon, tu te vois mal engager un débat sur la question même si ça te démange le palais, parce que là t’es un peu beaucoup occupé à essayer de faire en sorte de ne pas perdre la vue. Parce que vraiment, devenir aveugle ce serait carrément emmerdant. Tu ferais quoi de tes journées hein ? T’es un mec actif qui a plein de choses à accomplir, et sans tes deux beaux yeux verts tu ne serais qu’une épine supplémentaire dans le pied de l’Amérique, un handicapé vivant aux crochets de son pays. Non non non, pas question. D’ailleurs t’es bien content de savoir que si t’y vois que dalle, c’est parce qu’en fait t’as les yeux fermés. C’est vrai que ça n’doit pas aider. Et puis comme elle parle, t’imagines que t’as du te cogner la tête contre un meuble, ou qu’elle a discrètement tendu une poêle au-dessus de ta tête pour que tu te la manges en te relevant. […] Roh ce serait vraiment salaud, même toi tu n’ferais pas un truc pareil. Alors tu te masses l’arrière du crâne en poussant un grognement de mécontentement. « Ah, je me disais bien aussi que vous étiez pas aussi méchante. Asperger les yeux d’un type avec de la lacrymo ok, mais de là à éteindre la lumière pour lui faire croire qu’il est aveugle, ça aurait été trop crade de votre part … » Non, t’ironises à peine. En même temps tu souffres, alors t’as le droit. Et puis elle t’aide, un peu, à t’asseoir sur un siège. Alors t’éprouves de la reconnaissance et tu te dis que c’est sans doute un retour de karma pour avoir improvisé ce braquage bidon. Après tout, faut avouer que tu l’as bien mérité. Tu sursautes lorsqu’elle applique les glaçons sur le visage, t’as un léger mouvement de recul mais tu te laisses docilement manipuler. Tu les gardes plaqués contre ta peau à l’aide d’une main, mais faut dire que sa réflexion te sort de ta léthargie traumatique. OH OUAIS, en voilà une remarquer intelligente. Tu pourrais bien appeler Dani, t’es certain qu’il accourrait dans la seconde en te couvrant de câlins répugnants. Mais ce ne serait pas vraiment amusant, et puis surtout ça ne servirait pas tes intérêts avec la pâtissières. « Ben … en fait je ne connais pas les numéros par cœur et je n’ai pas pris mon téléphone. » C’est là que tu retiens ton souffle en espérant que Bridget ne va pas t’appeler pour te sermonner parce que t’as encore oublié d’aller chercher le môme à l’école. […] OH PUTAIN LE GAMIN ! Tu te redresse d’un bond, écartant légèrement tes paupières. « En fait j’dois aller récupérer le p’tit de ma sœur à l’école, j’crois bien que je vais être en retard. Mais vous inquiétez pas ça va mieux là, j’ai ma moto juste dehors et … » Tu viens de te taper le comptoir en essayant de rejoindre la porte d’entrée, et tu te dis que là, t’es quand même sacrément mal barré. Putain, tu vas encore te faire engueuler à cause du sale mioche. « Je maîtrise totalement. » Pas du tout en fait, mais ça se voit à peine.

_________________


Barre-toi, casse-toi je t'ai dit. Qu'est-ce qui te faut de plus, t'en n'as pas vu assez. Et arrête de me regarder comme ça. T'as rien écouté, t'as rien compris. Comment je dois te le dire pour que ça imprime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t38-isak-pearson-jesus-may-lov
avatar


MESSAGES : 1642
ARRIVEE LE : 11/04/2015
PSEUDO : jolly roger. (Flora)
DOUBLE COMPTE : Jasper & Clarence
AVATAR : dakota johnson
CREDITS : avatar - .liloo_59 | signature - anaëlle. | gifs - tumblr.
AGE : 25 ans
ETUDES/METIER : pâtissière spécialisée en cupcakes, gérante de Let them eat cake! et photographe d'investigation à ses heures perdues

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Sam 9 Mai - 14:01

Je lève les yeux au ciel quand il évoque le fait qu'éteindre la lumière aurait été mesquin. Je ne lui dis rien, le pauvre, il est dans un sale état, mais je ne peux m'empêcher de penser que je ne suis pas aussi tordue que lui pour que ce genre d'idées me passent par la tête et pire, que je les mette à exécution. Je remarque que l'effet de la bombe lacrymogène risque de l'handicaper encore un moment. Alors qu'il me dit ne pouvoir contacter personne, je le laisse se lever seul mais je refuse qu'il sorte de la boutique comme ça, seul, malgré l'air décidé qu'il prend à partir.

Le voilà qu'il parle d'un enfant à aller récupérer à l'école. Son neveu. Je fronce les sourcils. Il est hors de question qu'il sorte en étant quasi aveugle et en plus, d'avoir la responsabilité d'un gamin dans cet état. Je lève les bras et ouvre la bouche pour le prévenir de faire attention, mais c'est trop tard. Le voilà qu'il se prend le comptoir, et j'imagine qu'il a cru que c'était la porte. Je soupire et secoue la tête quand il affirme avoir le contrôle de la situation.

- Désolé Isak, mais il va falloir vous rendre à l'évidence. Vous avez besoin de l'aide d'une femme...

Je souris largement et viens le soutenir pour le ramener vers le tabouret.

- Vous restez assis là et vous ne bougez plus, d'accord?

Je pars dans l'arrière boutique où mon employée met une fournée de gâteaux à cuire.

- Je dois partir accompagner monsieur à l'extérieur. Il n'est pas en état de repartir seul. Tu m'appelles si tu as le moindre souci, n'hésite surtout pas, lui dis-je avant de revenir dans la boutique. Bon, Isak, on va prendre ma voiture, d'accord, et je vous amène à la pharmacie. On a combien de temps avant la sortie de l'école?

Je prends mon sac, mes clés et mets mon blouson en n'omettant pas de lui rappeler:

- Je fais cela uniquement par citoyenneté, non parce que je vous porte réellement dans mon coeur. Mais je ne supporterai pas d'avoir votre mort ou celle de votre neveu sur la conscience... surtout du gamin en fait.

Je ris doucement et j'ouvre la porte, faisant retentir le carillon de la boutique et je dis:

- Vous viendrez chercher votre moto quand vous serez en état de conduire, pas avant...

Et il n'a pas le choix... et je pense qu'il se rend compte de la situation fâcheuse dans laquelle il est.

_________________
Call me Wanda

shut up, don't care and eat a cupcake !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t101-amanda-wheeler-call-me-wa
avatar


MESSAGES : 2668
ARRIVEE LE : 01/03/2015
PSEUDO : gg julio.
AVATAR : ollie loudon.
CREDITS : (c) sweet disaster.
AGE : vingt-sept ans.
ETUDES/METIER : directeur d'une agence de détective privés.

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Ven 15 Mai - 14:53

YES ! And the winner is … Bon ok, il a fallu que tu gémisses, que tu simules et que tu joues les princesses en détresse pour arriver à tes fins, mais t’as quand même atteint ton but. Bien que t’aies perdu 50 points de fierté dans le processus, t’es convaincu qu’elle raffole des hommes vulnérable […]. Ouais, c’est bien de rêver. Bon certes, t’as pas eu à beaucoup surjouer, t’y vois réellement encore un peu flou et le comptoir a surgi devant toi, mais t’es carrément en train d’exagérer depuis que t’as reçu cette putain de lacrymo dans la gueule. Parce que t’aimes te faire plaindre et chouchouter quand tu te coupes avec une feuille de papier. Alors quand on t’asperge de produit toxique … C’est vrai que t’as une vision un peu limité de la place de la femme dans la société, mais celle-ci inclut prendre soin des hommes. D’autant plus si ce sont elles les responsables de leurs malheurs. Bon c’est vrai que si y’avait du public tu serais déjà en train de bomber le torse avec les yeux grands ouverts, mais ce n’est pas le cas. En fait c’est surtout quand le gosse t’a traversé l’esprit que t’y as vu une occasion en or. Tu savais bien que la brune au grand cœur n’allait jamais te laisser partir chercher ton faux neveu dans un état pitoyable. Du coup t’acquiesces docilement quand elle te rassoit sur le tabouret et tu restes aussi immobile qu’une statue, poussant un petit grognement d’approbation. Puis tu tends l’oreille lorsqu’elle s’éloigne dans l’arrière-boutique, t’ouvres même tes deux yeux pour essayer de voir ce qu’elle fait, un voile rendant le paysage légèrement brumeux. Au début t’y crois, t’es persuadé qu’elle va te proposer d’aller chercher le gosse avec toi. Alors quand elle revient tu ravales un sourire victorieux et tu refermes les yeux illico en crispant les traits de ton visage pour simuler la souffrance. Mais quand elle suggère la pharmacie, ça te fait l’effet d’un sceau d’eau sur la tronche. AH NON, ton plan c’est de la conquérir avec le gosse de ta cousine, si elle t’amène à la pharmacie t’es complètement foutu. « J'crois bien que je suis déjà en retard. Mais … » T’as même pas le temps de terminer qu’elle t’expliques que si elle fait ça, c’est surtout pour le môme. Ouais, tu t’en serais bien douté … Tu te lèves et tu titubes en levant tes mains devant toi pour éviter de te manger un autre élément de décor, tes paupières encore endolories par le produit. T’attends bien sagement qu’elle ait fini de parler pour protester. « C’est vraiment très gentil à vous, mais vous savez ça ne servirait à rien de m’amener à la pharmacie. Il suffit de mettre beaucoup d’eau et d’attendre que ça passe, y’a rien d’autre à faire. » Le pire, c’est que c’est malheureusement vrai. Tout ce que tu récolteras là-bas, ce sera la honte et un rire étouffé des clients.  A tous les coups les gens vont s’imaginer qu’on t’a gazé parce que t’as essayé de toucher une petite fille, personne ne croira jamais à l’accident. D’ailleurs d’ici deux minutes tu seras tout à fait en état de conduire ta moto, mais ça tu t’abstiens de le lui signaler. « Vous ne pourriez pas plutôt m’accompagner jusqu’à l’école ? C’est à deux pas d’ici, même pas besoin de prendre la voiture ! » Ouais hein, c’est un bien meilleur plan quand on y pense. C’est hyper convainquant, plus facile à mettre en œuvre. « Et puis le gamin et moi on attendra jusqu’à ce que ça aille mieux et on rentrera à pied jusqu’à la maison. » Qu’on se le dise, ça t’emmerde royalement de devoir abandonner ta chère et tendre moto devant la pâtisserie, à la merci du premier connard qui pourrait te la rayer par jalousie. Mais faut savoir faire des sacrifices pour parvenir à des buts plus nobles. « Ça m'embête que vous soyez obligée de fermer la boutique. » Et t'as l'air vraiment dépité  quand t'arrives enfin à la rejoindre devant la porte d'entrée. « Au pire je peux choper le GPS de ma moto et vous me filez un balai pour m'en servir comme canne d'aveugle ... » Tu lâches un rire bref. Putain, c'était pas drôle.

_________________


Barre-toi, casse-toi je t'ai dit. Qu'est-ce qui te faut de plus, t'en n'as pas vu assez. Et arrête de me regarder comme ça. T'as rien écouté, t'as rien compris. Comment je dois te le dire pour que ça imprime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t38-isak-pearson-jesus-may-lov
avatar


MESSAGES : 1642
ARRIVEE LE : 11/04/2015
PSEUDO : jolly roger. (Flora)
DOUBLE COMPTE : Jasper & Clarence
AVATAR : dakota johnson
CREDITS : avatar - .liloo_59 | signature - anaëlle. | gifs - tumblr.
AGE : 25 ans
ETUDES/METIER : pâtissière spécialisée en cupcakes, gérante de Let them eat cake! et photographe d'investigation à ses heures perdues

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Ven 22 Mai - 14:22

Je commence à m'inquiéter pour Isak et laisse donc peu à peu ma rancœur à son égard disparaître. Il n'a vraiment pas l'air bien et en plus, il est chargé d'un enfant ce soir. C'est un peu comme si un gamin devait prendre soin d'un autre enfin, mais soit, sa soeur ne devait sans doute pas avoir d'autres solutions. Alors que je soulève l'utilité de se rendre en pharmacie, il me soutient que le mieux à faire est d'attendre avec de l'eau froide sur les yeux.

- Vous êtes sûr? Je ne voudrais pas que cela empire...

En tout cas, il est hors de question que je le laisse reprendre sa moto dans cet état et je lui propose donc d'aller avec lui chercher son neveu puisque, de toute évidence, il n'est pas apte à conduire sa moto.

- Si vous voulez oui, on y va à pieds mais je resterai avec vous jusqu'à ce que vous ayez retrouvé la totalité de votre vue... Il est hors de question que vous restiez avec un enfant seul dans cet état. Il a quel âge?

Je commence à éteindre les lumières et tourne le panneau "ouvert" afin que l'écriteau "fermé" soit du côté de la rue. Je l'entends s'excuser auprès de moi et je dis:

- Ne vous inquiétez pas, mon employée finit de nettoyer un peu et elle partira. Je vais juste préciser que c'est cas exceptionnel.

Je prends une feuille blanche et je m'applique à écrire "fermeture à 16h exceptionnelle pour raison personnelle à ce jour". Je prends du scotch et vais afficher la feuille sur la porte. En même temps, il essaie de faire une blague sur les cannes d'aveugle mais je n'arrive qu'à lui sourire faiblement. Rire sur les handicaps n'a jamais été mon truc et puis s'il devenait vraiment aveugle, ça le ferait moins rire...

- Bon, nous pouvons y aller... Prenez les glaçons avec vous, ça ne vous fera pas de mal...

Je sors avec lui dans la rue et me dirige vers le centre, où se trouvent les écoles. Pour faire la conversation, je demande:

- Vous êtes proche de votre neveu? Votre sœur habite le coin?

J'aime bien faire la conversation, je discute facilement avec les gens et puis, ça fera passer le temps de la marche. En même temps, je reste vigilante à ses gestes. Je ne voudrais pas qu'il trébuche et se casse une dent déjà que son regard séducteur en a pris un sacré coup...

_________________
Call me Wanda

shut up, don't care and eat a cupcake !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t101-amanda-wheeler-call-me-wa
avatar


MESSAGES : 2668
ARRIVEE LE : 01/03/2015
PSEUDO : gg julio.
AVATAR : ollie loudon.
CREDITS : (c) sweet disaster.
AGE : vingt-sept ans.
ETUDES/METIER : directeur d'une agence de détective privés.

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Ven 5 Juin - 18:08

T’as l’impression qu’elle s’inquiète vraiment pour toi, la Amanda. Tu te demandes si elle aussi elle simule, ou si t’as vraiment réussi à l’amadouer avec tes yeux rougis par le gaz lacrymogène. Si t’avais su, t’aurais demandé à ton pote de t’filer un coup de poing dans la gueule et tu serais rentré en rampant dans le magasin. Ouais, ça t’aurait fait une bonne excuse pour la revoir, pour la remercier de t’avoir porté secours et tout le bordel. Putain, tu te serais pas donné tout ce mal avec le faux braquage, parce que si ça avait eu l’air de l’émouvoir sur le moment, elle avait rapidement oublié que tu lui avais sauvé les miches. Peut-être que t’aurais dû lui fournir un vrai flingue et lui faire tirer dans le plafond pour la terroriser, m’enfin le connaissant il aurait été capable de te descendre par erreur … Heureusement t’as touché juste en évoquant le môme, la seule chose que t’avais pas planifié à l’avance. Elle a l’instinct maternel la brune, et toi ça t’arrange bien. Parce qu’elle n’est plus décidée à te lâcher d’une semelle, et toi tu vas lui coller le gosse dans les pattes en espérant qu’il fera un beau sourire en lui disant qu’elle est jolie plutôt que se mettre à chouiner en t’accusant d’être ENCORE à la bourre. « Ça ne sera plus très long de toute façon. » Tu rétorques tandis qu’elle éteint les lumières. Sauf qu’en sortant à l’extérieur, tu trébuches légèrement sur le pas de la porte. Plutôt de l’inattention que de l’aveuglement, et puis franchement il est mal foutu leur pas de porte. Par chance elle n’a rien vu, trop occupée à griffonner un truc sur une feuille blanche. « Il a … » Putain il a quel âge ce con ? « … cinq ans. » T’es pas très très sûr, mais tu t’vois mal lui dire ‘‘entre 5 et 7’’. Déjà que si elle apprend que ce n’est pas ton neveu elle risque de reprendre la bombe lacrymogène pour t’en remettre une couche. « C’est le meilleur âge, juste quand ils commencent à s’éveiller à la vie. » Bwark, tu t’ferais presque vomir tout seul à débiter ces âneries. T’arrives qu’à lui lancer un sourire crispé avant de peser le pour et le contre de la poche de glaçons. « Ouais, ça pourrait être utile. » Sérieux, t’as pas envie de refaire tout ce chemin pour ces foutus cubes de glace, mais faut que tu continues à jouer les grands malades alors tu te dévoues à contre cœur. Quand tu penses à tout le temps que tu perds pour une simple photographe parce que t’as une fierté de merde, ça te fatigue. M’enfin maintenant, t’as plus vraiment le choix et c’est l’ouverture rêvée. Passer plus de temps avec elle et lui montrer une autre facette de ta personnalité construire de toute pièce. Tu traînes des pieds un instant, fixant les pavés avec attention pour éviter de te viander à cause d’une pierre mal cimentée ou de marcher dans les excréments d’un clébard. Manquerait plus que ça … Remarquez si c’est du pied gauche, t’auras peut-être un meilleur karma. Tu relèves un peu la tête quand elle t’interroge sur ton neveu, la poche collée contre ton œil droit. « Je le garde souvent oui, ma sœur n’est pas très disponible pour lui. » Pour ne pas dire que cette sale garce est une pire mère que tu serais père, c’est pour dire. « Elle me demande souvent de m’en occuper et il ne le vit pas toujours très bien … » Ouais, t’essaies de lui faire croire que s’il te boude et qu’il fait un caprice, c’est parce qu’il ne supporte pas d’être délaissé par sa mère et pas parce que tu ne lui accordes pas autant d’attention que tu le devrais. Ce qui est à moitié vrai, en réalité. Il doit certainement se sentir abandonné et vexé que ce soit toujours toi, qui te pointes devant le portail de l’école. En même temps il n’est pas à toi ce morveux, il peut déjà s’estimer heureux que tu fasses l’effort de répondre présent par simple culpabilité. Puis quand tu le regardes, tu n’peux pas t’empêcher de penser à ton autre cousine … Alors forcément, t’es pas toujours de très bonne humeur quand il est dans les parages et qu’il se met à taper des pieds en réclamant une glace au chocolat. « Ma sœur est revenue en ville y’a pas très longtemps, mais elle est plus occupée à chercher un mec riche à épouser que prendre soin de son gosse. » C’est sans doute la seule chose vraie que tu lui confies depuis le début de la conversation. D’ailleurs t’as une intonation moins légère, un peu sèche en disant ça. Alors tu te calmes illico et tu te radoucis. « Et vous, vous avez des enfants ? Vous semblez les apprécier. » Tu sais très bien que ce n’est pas le cas, mais tu joues les innocents, bien décidé à ne pas refaire la même connerie que tout à l’heure.

_________________


Barre-toi, casse-toi je t'ai dit. Qu'est-ce qui te faut de plus, t'en n'as pas vu assez. Et arrête de me regarder comme ça. T'as rien écouté, t'as rien compris. Comment je dois te le dire pour que ça imprime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t38-isak-pearson-jesus-may-lov
avatar


MESSAGES : 1642
ARRIVEE LE : 11/04/2015
PSEUDO : jolly roger. (Flora)
DOUBLE COMPTE : Jasper & Clarence
AVATAR : dakota johnson
CREDITS : avatar - .liloo_59 | signature - anaëlle. | gifs - tumblr.
AGE : 25 ans
ETUDES/METIER : pâtissière spécialisée en cupcakes, gérante de Let them eat cake! et photographe d'investigation à ses heures perdues

MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   Lun 8 Juin - 17:41

Je me demande comment on peut confier la garde d'un enfant un garçon comme Isak mais soit, je préfère ne pas faire de commentaire à ce propos, déjà, parce que je ne connais ni Isak, ni sa sœur mais surtout parce que je me sens déjà terriblement coupable de l'avoir mis dans un tel état, je ne veux pas en rajouter. Pour tenter de me racheter, je m'intéresse au petit en posant des questions tout en préparant la fermeture de la boutique. Je suis d'ailleurs assez étonnée par la façon dont il parle de son neveu. Il semble vraiment l'apprécier et je souris en lui donnant des glaçons en fermant les grilles de la boutique. Une fois dans la rue je continue à discuter avec Isak et j'arrête de poser des questions mais c'est lui qui se met à me livrer des détails de sa vie. Je fronce les sourcils et ressens de la compassion quand il me fait comprendre que le gamin vit moyennement bien le fait de passer davantage plus de temps avec son oncle qu'avec sa mère. Je grimace quand il critique sa soeur et n'ose pas relever. C'est mal poli et mal venu de dénigrer les gens que l'on ne connait pas mais je dois reconnaître que pour une fois, je suis plutôt d'accord avec lui.

- Arf, vous savez quoi, elle mérite pas vraiment de forêt noire votre sœur... Offrez la à votre neveu plutôt!

Je lui montre la boîte contenant le gâteau que je tiens dans ma main libre, alors que ma seconde est en alerte, toujours prête à le rattraper au cas où sa vision réduite l'empêche d'assimiler un obstacle. Je le trouve plutôt attendrissant lorsqu'il parle de son neveu et de son indigne de mère et je lui souris quand il s'intéresse à moi, me demandant si je suis maman.

- Oh.. Ouh la... Je devrais d'abord trouver le père...

Je grimace légèrement d'un air comique pour montrer que ce n'est pas forcément une tâche aisée, avant de rire doucement. Puis, je lui souris alors que nous arrivons près des grilles de l'école en me posant des questions à son égard. Comment peut-on être aussi infect et devenir un jeune homme intéressant l'instant suivant.

- Dites-moi, ma question va vous paraître étrange mais... la bombe lacrymo là, elle a des vertus pour soigner les p'tit fils à papa?

Je pouffe de rire en le regardant au coin de l’œil. Je me permets sans gêne d'être franche, après tout, je ne le connaissais pas encore il y a une heure.

_________________
Call me Wanda

shut up, don't care and eat a cupcake !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalcove.forumactif.org/t101-amanda-wheeler-call-me-wa

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA   

Revenir en haut Aller en bas
 

une brute dans ce monde de douceur. - ISAK&AMANDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CRYSTAL COVE :: LA VILLE :: crystal cove outing :: let them eat cake!-